Bixente Lizarazu : "Je déteste ce que je vois, je ne me reconnais en rien"

Bixente Lizarazu : "Je déteste ce que je vois, je ne me reconnais en rien"

Publié le - Par - Interview

Monsieur Bixente Lizarazu, parlant à 'Top Girondins', balance sur le FCGB actuel.

Dans un (très) long entretien avec l'équipe de 'Top Girondins', l'ancien arrière gauche de légende des Girondins de Bordeaux des 90's, Bixente Lizarazu, se mouille sur l'état du club sous pavillon américain.

"Comment je vis la situation (les polémiques et critiques médiatiques et des supporters ; NDLR) ? Très mal. Je déteste ce que je vois aujourd’hui, car c’est Dallas hein. Il y a eu des moments difficiles à Bordeaux dans l'histoire et moi j’en ai connu un lorsqu’on est descendus en deuxième division, mais là ça prend des proportions pas possibles et c'est très inquiétant. Je crois que ça va très, très mal se terminer, parce que c’est impossible à ce stade-là que les gens se rabibochent, entre les Ultras et le président Longuépée. Là, ça a été jusqu'à un niveau où ça va très mal se terminer. Et en plus, on ne sait pas tout, car on ne connait pas la vraie situation financière du club, ni les vraies intentions de King Street, pour savoir s’ils sont prêts à réinvestir ou pas.

Moi, j’ai connu une rétrogradation en deuxième division déjà, et pour raisons administratives, j’ai joué en deuxième division à cause de ça, je sais ce que c’est. Donc je dis que ça peut très mal ce terminer cette affaire. Aujourd’hui, je ne reconnais en rien dans ce que je vois, en rien de rien. Je ne reconnais plus ce club. Je serai éternellement reconnaissant envers les Girondins de Bordeaux, c’est là où j'ai appris mon métier, joué l'Europe, découvert ça, été capitaine, fait une finale contre le Bayern Munich après ce match fantastique contre le Milan... C'est mon club quoi ; même si tout n'a pas été simple pour moi ; mais là, en fait, des étrangers ont racheté le club et je ne comprends absolument pas ce qu’ils sont en train de faire. En tout cas, ce n’est pas la bonne méthode parce que ça ne marche pas du tout. Et puis, surtout, ils se mettent à dos tout le monde : les supporters, la mairie je crois, les sponsors ; tout le monde. Je ne vois pas comment ils peuvent s’en sortir... Un président de club, il doit fédérer tout le monde, c’est la base, je trouve. Donc je suis extrêmement inquiet. Après, je ne vais pas réagir sur tout ce qui sort, mais je suis évidemment très inquiet, par ce que je vois et je ne me reconnais pas... Je ne peux même pas dire que ce sont les Girondins de Bordeaux, car pour moi ça ne représente plus ça, on a perdu tout ça. Il y a tout à reprendre à la base, je pense. Appartenir à un fonds de pension américain, ce n'est pas pareil... Mais il faut représenter l'image de la ville de Bordeaux et de la région Aquitaine. Ce club n'est pas juste une propriété privée, mais juridiquement parlant il appartient à ce groupe privé américain. Voilà... Ils ne fédèrent rien autour d'eux, donc ça va mal se finir, mais ils ont les décisions à prendre sur ce qu'ils veulent faire.

https://www.girondins33.com/storage/breves/b-lizarazu-il-y-a-des-moments-ou-tu-as-l-impression-d-etre-au-ralenti-1587932252.jpg

Pour parler de comment on voit les Girondins, il faudrait une semaine... Mais ce qui est certain, c’est qu’avant de commencer à parler de 'marque mondiale', comme j’ai pu l’entendre, déjà, il faudrait s’inscrire dans un projet régional, se réapproprier en fait la région. Les Girondins de Bordeaux, c’est le club de Bordeaux et de l’Aquitaine. Je suis venu aux Girondins de Bordeaux, alors que je suis Basque, et il n’y avait pas d’autre option pour moi que d’aller aux Girondins de Bordeaux. Il faut que tous les gamins d’Aquitaine aient envie de venir aux Girondins de Bordeaux, mais il faut que les Girondins de Bordeaux les fassent rêver. Et là, ça ne fait rêver personne. Pour moi, à l’époque, c’était une évidence, mais aujourd’hui, si j’avais mon gamin qui était un bon footballeur je serais très inquiet de l’envoyer aux Girondins de Bordeaux, dans le club qu'on voit là. Donc le projet, pour moi, en fait c’est qu’il faudrait revenir à la base, à un projet de région. En plus, c’est le seul club d’Aquitaine, donc déjà on peut construire là-dessus. Aussi, je suis ambassadeur pour le Bayern, et donc j’ai travaillé à l’international pour le Bayern. Et je vous dis qu'il n’y que 6-7 clubs qui ont une vraie image à l'international, qui arrivent à se développer à l’international. Je suis parti en Inde, en Chine, etc, et déjà pour le Bayern c'était dur. Alors pour Bordeaux... Les vins sont très connus, oui, mais les Girondins ce n’est pas connu partout dans le monde. Donc, déjà, il faut refédérer en France et en Aquitaine, recréer des liens. En tout cas, pour moi, les Girondins de Bordeaux c’est le club de l’Aquitaine, pas que de Bordeaux. Donc il faut retrouver déjà ça et redonner envie aux gens d’aimer le club et de la soutenir.

https://www.zupimages.net/up/20/20/ycnn.jpg

Je ne veux pas trop parler de ça, mais on dit qu'il faut faire (re)venir les gens au stade. Et ils ont dit - je l'ai entendu - qu’il n’y avait pas besoin du sportif... Mais le sportif, c’est essentiel ! Si tu veux vraiment donner envie aux gens d’aller au stade, il faut que leur équipe elle... Ce n’est pas, juste, bien jouer au foot qu'il faut, ni avoir des résultats, d’ailleurs ; c’est faire en sorte que tu sois fier de ton équipe avec les moyens qu’elle a. Si tu n’as pas de moyens, mais qu’avec ces moyens-là tu arrives à faire plaisir à tes supporter et qu’ils voient que l'équipe s'arrache, c’est déjà très bien ! Je pense qu’à Strasbourg par exemple les supporters sont fiers de leur équipe, même si ce n'est pas fou non plus. Mais Marc Keller fait un super boulot.

Après, si tu veux jouer la Ligue des Champions, c’est compliqué aujourd’hui, oui... Il faut avoir de gros moyens à mettre, et c'est une prise de risques énorme. Mais, déjà, avoir la fierté de supporter son équipe, que cette équipe ait des valeurs, que ton club ait des valeurs qui te plaisent : c'est la base ! C’est comme ça que tu t’identifies en fait. Et là, tout le monde est hyper déçu je crois, et même perdu dans cette situation. Ça fait peur ! Honnêtement, ce que je vois là, j’ai l’impression qu’on est dans un asile de fous ! C’est hyper inquiétant. Je ne vais pas citer de noms, je n’ai rien de personnel conte personne, je ne les connais pas, mais vu comme ça, de l’extérieur, en tant qu'ibservateur du foot... C’est un asile. On est chez les fous ! C’est Dallas ! Et, je te dis, pour moi, ça va très, très mal se terminer. Je pense que c’est très important que le maire de Bordeaux s’y intéresse, et il va le faire je crois. Bordeaux, c’est une entreprise privée qui possède le club, certes, mais le FCGB ça dépasse ce cadre, ça représente une ville et une région. Le maire de Bordeaux, il faut donc qu’il commence à s’y intéresser très, très sérieusement. Voilà, je le dis. Vraiment."

Le coup de gueule est passé. Merci Liza !