Quand René Girard empêcha Alain Giresse de serrer la main à Michel Platini

Quand René Girard empêcha Alain Giresse de serrer la main à Michel Platini

Le - Anciens - Par

Sur RMC Sport, dans l'émission 'Le Vestiaire', la légende vivante des Girondins de Bordeaux, Alain Giresse, a raconté une anecdote autour du double duel Bordeaux - Juventus de 1985. A l'époque, en demi-finale de la Coupe des clubs champions, Turin avait éliminé les Girondins (3-0 pour les Italiens à l'aller et puis 2-0 au retour pour les Français), mais Gigi s'est surtout souvenu de comment René Girard l'avait empêché d'afficher une trop grande proximité avec son ami et coéquipier en Bleu, Michel Platini :

"Au match aller, à Turin, dans les vestiaires, avant de jouer, il n'y avait pas un bruit dans notre vestiaire. Puis on entend frapper à la porte, on ouvre, et c'était Michel qui rentrait dans les vestiaires pour venir nous saluer. Nous, on était un peu... désarçonnés. Il nous a demandé ce qui n'allait pas car on était tout blanc (rire) ! Du coup, même si on ne va pas jouer sur ça car ça ne nous a pas décontenancés ; c'était quand même un petit peu... Lui (Platini) était à l'aise, et la Juve avait l'expérience. Effectivement. Et on en avait parlé après, il m'avait dit qu'après nous ils jouaient le Milan AC, l'Inter, Rome... Donc la Coupe d'Europe, entre guillemets, ils la faisaient tous les weekends.

Puis au match retour, c'était vraiment la grande mobilisation. Et - pour ceux qui connaissent - dans le paddock de Lescure, cette cour fermée, les deux équipes sortent. Moi je suis dans les rangs bordelais et quand Michel arrive on s'approche l'un de l'autre pour se serrer la main ; mais à ce moment-là je sens un bras qui me prend la main et me l'enlève en me disant : 'Non, aujourd'hui tu ne lui dis pas bonjour'. C'était René Girard. Il m'avait attrapé le bras. Alors j'avais dit à Michel : 'Bon, bah non' (rire). Il était déjà dans son match René ! Avant même qu'on parte sur le terrain."

Quand René Girard empêcha Alain Giresse de serrer la main à Michel Platini

Contenu sponsorisé

En continu