M. Rouveyre : "Faire mieux avec moins ça peut être un joli slogan mais..."

M. Rouveyre : "Faire mieux avec moins ça peut être un joli slogan mais..."

Le - Économie - Par

Matthieu Rouveyre, élu municipal bordelais d'opposition, se pose toujours autant de questions sur le nouvel actionnariat des Girondins de Bordeaux : le consortium de fonds d'investissement mené par General American Capital Partners et soutenu par King Street et Fortress (l'argent vient en majorité de KS et l'endettement est pris auprès de Fortress).

Alerté par les infos sorties via France Football et France 3 Nouvelle-Aquitaine, Rouveyre partage son raisonnement, toujours dubitatif, sur Twitter :

"Confirmant une information de France 3, France Football revient sur le passage finalement pas si facile du FCGB devant la DNCG. Le gendarme financier du foot a retoqué le budget initialement proposé et a réclamé une diminution de la masse salariale. Il y a une question qu'on devrait se poser : pourquoi ? La seule raison qui explique de telles exigences de la part de la DNCG est qu'elle considère que les propositions de GACP mettent en danger le club.

Cette hypothèse nous oblige à en formuler une autre. Jusque là, M6 n'aggravait pas de déficit des Girondins car l'ancien actionnaire, chaque année, abandonnait purement et simplement la créance de l'exercice qu'il détenait sur le club. Il est permis de penser qu'il en va tout autrement des nouveaux repreneurs. Autrement dit : les nouveaux actionnaires n'entendent, eux, pas abandonner leur créance, donc l'endettement se creuse. D'un autre côté les recettes ne sont, elles, pas exceptionnelles. Il faut faire des économies et donc vendre un ou des joueurs.

On est alors en droit de se poser une dernière question. Si GACP, Fortress et King Street maintiennent leur exigence d'un retour immédiat sur investissement, alors comment peut-on espérer voir le club se redresser ? Sans plus (voire moins) de marges de manœuvre que sous l'ère M6, comment obtenir de meilleurs résultats sportifs ? Faire mieux avec moins, cela pourrait être un joli slogan mais en terme de décisions sportives, cela se concrétise comment ? Des spécialistes pour nous éclairer ?"

M. Rouveyre : "Faire mieux avec moins ça peut être un joli slogan mais..."

Contenu sponsorisé

En continu