F. Brunet : "Ils se cassent la tête pour le stade, mais il y a 2 choses"

F. Brunet : "Ils se cassent la tête pour le stade, mais il y a 2 choses"

Le - Ultramarines - Par

Prenant l'ambiance à René Gallice lors de Bordeaux - La Gantoise (barrage retour d'accès aux poules de l'Europa League, succès 2 à 0) comme une référence, Florian Brunet, l'un des porte-parole des Ultramarines Bordeaux 87, explique sur ARL, dans 'Top Girondins', que cet exemple est révélateur :

"On voit une population nouvelle arriver, c'était frappant sur le Bordeaux - La Gantoise. Et c'est ce que j’expliquais au club il y a quelques jours. Ils se cassent la tête pour remplir le stade, mais il y a deux choses : mettre une équipe sur le terrain, car le public bordelais est un public de connaisseurs, et après faire très attention aux tarifs. Parce que le public qui va au stade c'est vraiment un public populaire. Oui, faut pas croire. On dit : 'Bordeaux la bourgeoise', mais non, non... Et on s'en aperçoit aussi, en ce moment, avec les manifestations des Gilets Jaunes. Oui, Bordeaux c'est la bourgeoise, certes, mais il y a un énorme côté populaire à Bordeaux, aussi, et je peux vous dire que pour ce Bordeaux - La Gantoise la moyenne d'âge était entre 20 et 25 ans dans le Virage. Des milliers de jeunes sautaient partout, l'ambiance était extraordinaire, et voilà ! Ce n'était "que" La Gantoise, oui, mais bon... le côté " 5€ dans tout le stade " a été très important. Je vous le dis, à 20-25 ans, 5€ ou 15€ ce n'est pas du tout pareil, et ça il faut y faire super gaffe. Les gens qui vont au stade à Bordeaux, ce sont des gens qui font attention à leurs sous. Voilà, ce n'est pas... Il y a un vrai côté populaire à Bordeaux, des gens populaires."

F. Brunet : "Ils se cassent la tête pour le stade, mais il y a 2 choses"

Contenu sponsorisé

En continu