Bruno Fievet : "L'implication de KS à long terme n'est pas réglée"

Bruno Fievet : "L'implication de KS à long terme n'est pas réglée"

Le - Interview - Par

Homme d'affaire français de 50 ans et supporter du club, voulant racheter les Girondins de Bordeaux au fonds d'investissement américain King Street, Bruno Fievet explique au 'Parisien' que son projet est "global" et que lui et son équipe avancent dans la collecte millions d'euros auprès de familles pour mener à bien leur entreprise.

Avouant être "en colère" contre l'état actuel du FCGB ("Le bilan sportif est moyen et avoir trente-huit commerciaux pour un stade rempli à 53 %, alors que l'année où M6 vend, le taux était de 65 %, c'est une hérésie. Si vous végétez au milieu de tableau, ça ne fera pas venir les gens") et soulignant que le club est "fracturé" de tous les côtés, Fievet se déclare "inquiet, car (il n'a) pas compris le projet". Il note aussi que le montage financier fait autour du rachat du club en 2018 a endetté sérieusement les Marine et Blanc et pense que "L'implication de KS à long terme n'est pas réglée. Et à mon avis, en juillet 2021, à un an du remboursement de la dette, ils auront envie de partir".

Mais au-delà de King Street et de sa non communication, Fievet réaffirme : "Mon ambition, c'est de racheter les Girondins. C'est mon rêve. Je travaille pour tous les jours, avec mon associé. On contacte des personnes, on essaie de faire venir de l'argent. (...) Les Girondins connaissent mon intention".

Ne s'agirait-il donc pas, finalement, que d'une simple question de temps ; celui que Fievet réunisse l'argent et que KS soit satisfait d'un prix ?

Bruno Fievet : "L'implication de KS à long terme n'est pas réglée"

Contenu sponsorisé

En continu