Souleymane Diawara : "L'amour du maillot ? Mais ça n'existe plus !"

Souleymane Diawara : "L'amour du maillot ? Mais ça n'existe plus !"

Le - Anciens - Par

Toujours sur Radio VL, et même s'il dit suivre toujours les Girondins et l'ensemble des clubs où il a joué, l'ex défenseur central de Bordeaux puis de son grand rival ; Marseille ; Souleymane Diawara, assume et précise les choses quant à son départ du FCGB pour l'OM, en 2009.

"Les supporters de Bordeaux m'en veulent ? C'est normal, je sais (rire). J'ai eu vos collègues d'une autre émission qui m'en ont parlé. Je sais que je ne suis resté que deux ans là-bas, où j'ai toujours une maison d'ailleurs, et que certains supporters bordelais sont fâchés contre moi. Je l’ai vu, notamment, sur les réseaux sociaux etc. C'est car je suis parti chez l’ennemi juré, à Marseille. Mais moi, à la base, vraiment, je ne savais pas qu’il y avait une rivalité entre Bordeaux et Marseille. Tout le monde me disait ‘Tu es parti chez l’ennemi’, mais je n’étais pas au courant ! On m'a juste proposé un bon contrat, mieux qu’à Bordeaux. Alors les gens me disent ‘Oui, tu es parti pour l’argent’. Mais je joue pour l’argent un peu… C’est ma passion, mais c’est aussi ma vie.

Après, je vais vous raconter une histoire. Quand j'étais en rééducation à Capbreton, après m'être fait les croisés, je me souviens que j'étais allé voir un match de rugby, à Bayonne, pas trop loin de Bordeaux, et que j'avais eu la chance de rencontrer un supporter de Bordeaux, un membre des Ultras de là-bas ; je ne me rappelle plus de leur nom. Arrivé au paddock, il me dit que ce n'est pas bien ce que j'ai fait, donc moi je l'écoute. Il me dit que je suis parti pour l'argent, etc, donc je le laisse parler et puis je lui demande ce qu'il fait dans la vie. Il me dit qu'il est électricien, donc je lui demande ce qu'il fait si le concurrent de là où il travaille vient le voir et lui dit qu'il le paye le double. Je lui ai juste demandé s'il partait ou pas, ça a duré 10 secondes. Il m'avait quand même dit au départ que ce n'était pas pareil, que je gagnais déjà bien ma vie... C'est la mentalité en France. Il aurait fallu quoi ? Que je ne mouille pas le maillot pour le club qui me paye ? Non. Quand on vous paye. Quel que soit l'endroit ou le travail, vous êtes obligés de vous donner à 200%. Je dis ça à chaque fois aux gens qui me critiquent ou qui sont fâchés. Moi, partout où j'ai été, j'ai mouillé le maillot.

L'amour du maillot ? Mais ça n'existe plus ! Ce n'est plus les mêmes droits télés, les joueurs peuvent gagner 1M€ par mois, donc l'amour du maillot... Si tu aimes un club mais qu'on te propose autant... Vous voyez ce que je veux dire ! Déjà, avant, on disait que beaucoup de joueurs du PSG allaient à Marseille et l'inverse, alors imaginez maintenant, en 2019, avec les droits TV bientôt à 1 milliard ! Alors même si tu aimes un club à mourir, mais tu pars quand même ! Marquer un but et aller embrasser l'écusson devant les Ultramarines ? Tu me donnes combien ?! (rire) Nan... Mais on ne m'a pas demandé ça ! Après, sur le moment, oui, tu aimes le club, mais tu es obligé d'aimer le club qui te donne à manger. Tu vois ce que je veux dire ? Mais si tu changes de club demain, il ne faut pas se soucier de ce que les gens vont dire. Ils font tous les hypocrites, alors qu'ils feraient pareil."

Souleymane Diawara : "L'amour du maillot ? Mais ça n'existe plus !"

Contenu sponsorisé

En continu