R. Molina : "KS ? Impossible de savoir, ça change d'avis chaque semaine !"

R. Molina : "KS ? Impossible de savoir, ça change d'avis chaque semaine !"

Le - Interview GA - Par

Invité de notre émission radio partenaire, 'Girondins Analyse', ce soir, le journaliste indépendant et auteur de plusieurs ouvrages sur le football, Romain Molina, a donné - à sa manière habituelle, c'est à dire... sans filtres - des infos et révélations sur la crise à la tête des Girondins :

"J'aurais aimé me tromper, mais vu ce qu'ils ont fait de votre club... King Street ? Ils ont beaucoup de gens autour d'eux, des conseillers, pour avoir une stratégie car eux n'y connaissent rien du tout au foot, et à un point flippant. Ils ont juste l'intelligence de le savoir et de déléguer. Mais eux, ils sont très fermés. Par chance, j'ai 2-3 antennes dans le monde de la finance, et je sais qu'en fait ils changent d'avis chaque semaine ! Un coup ils veulent investir et un coup non. Ils sont venus en pensant que ça allait être pépère, mais ne pensaient pas que la médiatisation allait être si forte et leur image être attaquée comme ça. Pour eux, Bordeaux, c'est que dalle, ils s'en foutent. Mais surtout, c'est impossible de savoir ce qu'ils veulent faire du club. Ils changent d'avis toutes les semaines. Pour eux, les joueurs c'est des titres de bourse que tu achètes et revends, donc ils jouent à la bourse.

Le déficit ? Je ne sais pas le montant exact, mais il faut dire merci à GACP et à Messieurs DaGrosa, Varela et compagnie pour cette situation financière. D'ailleurs, avoir dégagé GACP pour garder Eduardo Macia, c'est... savoureux. Après, King Street, en soi, c'est un actionnaire très solide, peut-être même le deuxième plus solide derrière le Qatar à Paris. Donc s'ils voulaient mettre des millions ils le pourraient, notamment pour satisfaire la DNCG - mais bon, la DNCG, c'est une blague  -. Sauf qu'ils n'ont pas vocation à ça... Ils ne sont pas venus là pour ça.

(...) J'en ai bien parlé avec un ami du New York Times, un spécialiste des fonds d'investissement, et il m'a confirmé que King Street on ne les verra jamais. Ils n'ont pas vocation à gérer le club et tout le monde sait que dans cette histoire ils ont été naïfs et se sont fait voler par GACP qui leur a vendu du rêve comme à des enfants avec une brochure PDF bien racoleuse pour les entraîner là-dedans. Maintenant, alors qu'ils ont tout pour, ils n'osent pas attaquer GACP car pour leur image ils ne veulent pas reconnaître qu'ils se sont fait baiser. Après, je ne les plains pas King Street, puis voir un fonds vautour se faire avoir comme ça, alors que la brochure de GACP avait été rejetée par d'autres, ça m'amuse bien.

(...) Frédéric Longuépée ? Sur lui - qui touche 50 000 euros par mois ; la soupe est bonne -, j'ai une anecdote qui m'a choqué. En fait, il protège les intérêts de King Street, mais quand il a été prévenu des irrégularités de GACP il n'a rien fait. Après, Longuépée, comme au PSG, c'est impossible de discuter avec lui - et pareil pour son adjoint Antony Thiodet -, car il a la science infuse et qu'il a forcément raison... Ils prennent le club en otage, ces gens, ils sont hors de toute réalité et refusent le dialogue. Du côté de Bordeaux, comme à Monaco, on a des gens à la tête du club qui ne connaissent rien au foot... Et on s'étonne que ça ne marche pas ?! N'empêche, malgré tout ça, avoir vendu Tchouaméni 20M€ c'est bien vendu.

(...) Cette semaine, France Football va sortir un dossier complet sur la gestion et les finances de Bordeaux. On verra si ça peut faire bouger les choses, derrière. Mais je ne comprends pas pourquoi King Street et Frédéric Longuépée ne font pas appel à des gens pour nettoyer le club. (...) Enfin, bon courage à Bordeaux et aux fans, qui doivent être meurtris, vu les hurluberlus à la tête du club."

Retranscriptions d'RIG faites par nos soins

R. Molina : "KS ? Impossible de savoir, ça change d'avis chaque semaine !"

Contenu sponsorisé

En continu