R. Molina : "Bordeaux, ils ne savent pas comment payer de faux agents"

R. Molina : "Bordeaux, ils ne savent pas comment payer de faux agents"

Le - Médias - Par

En live sur sa chaîne Youtube, hier soir, le journaliste et auteur indépendant Romain Molina a encore une fois chargé les Girondins de Bordeaux. Après Souleymane Cissé, la gestion du cas Naoufel Khacef, le transfert de Jules Koundé ou encore l'agent de Paulo Sousa et donc PS lui-même, Molina parle cette fois de magouilles autour du recrutement d'Abdel Jalil Medioub, l'été dernier...

"Aujourd’hui, le joueur algérien est à la mode car le championnat algérien a gagné en formation, grâce notamment à l'académie du Paradou ; ce n'est plus le joueur tunisien qui est à la mode. (...) Par contre, le gros problème, et aussi talentueux puissent être les joueurs, c’est que c’est n’importe quoi en termes d’agents ! Les gens font n’importe quoi, ils signent des mandats à plein de personnes. Le meilleur exemple, c'est le jeune latéral du NA Hussein Dey, Naoufel Khacef, qui a signé à Bordeaux. Sur son dossier, il y a eu un mic-mac pas possible. Mais on aura le temps d’en reparler. Il devait aller à Rennes à l'époque... Et malheureusement, tout ça, c'est terrible pour les joueurs, car en signant des mandats à n'importe qui on flingue souvent sa carrière. Puis il y a aussi l'hygiène de vie, dans certains cas.

(...) Mais à Bordeaux, par exemple, tu as des faux-agents. Enfin, des gens qu’on met sur les deals. Mais vu qu'ils ne savent pas comment les payer, bah ils font des factures de scouting... Vous ne le savez peut-être pas, mais à Bordeaux, tu as un joueur qui jouait en Géorgie, un Franco-Algérien, qui a signé - mais personne ne le sait, car il joue en réserve le mec -... Bah demandez comment ils ont été payés, tiens, les mecs qui l’ont fait venir... Par des factures de scouting ! Tu rigoles quoi. Le folklore ! Malheureusement, on peut tout justifier dans ce milieu. Et si je dis 'folklorique', c'est pour ne pas devenir fou et dépressif, car c'est la jungle ce milieu du foot : tout et n'importe quoi ! Il y a, par exemple, des gens de Nike ou d'Adidas - faisant plus ou moins agents - qui ciblent des familles un peu pauvres et leur font des donations pour récupérer des gamins, parfois de 12 ans. C'est cynique, franchement ! Il y a des gens biens, oui, mais tellement d'enc... ! Comme ce n'est pas réglementé, tout le monde se met partout. Donc je préfère en rigoler. Et si je n'étais pas vraiment motivé, car le foot devient un outil de pouvoir, je serais dépressif. Donc c'est tellement malsain que je préfère en rigoler."

Retranscriptions faites par nos soins

R. Molina : "Bordeaux, ils ne savent pas comment payer de faux agents"

Contenu sponsorisé

En continu