P. Bernardoni : "J'accepte cette dérision, je sais que je fais plus vieux"

P. Bernardoni : "J'accepte cette dérision, je sais que je fais plus vieux"

Le - Prêts - Par

Fan absolu de... cyclisme (en plus du football, bien sûr) et de la musique des années 80, lui qui est né pourtant en 97 - même si on ne dirait pas au premier abord -, Paul Bernardoni est un peu à part dans le monde du football (français). Pour So Foot, qui s'est penché sur le cas du gardien de but international Espoirs français des Girondins de Bordeaux, prêté à Nîmes, son sélectionneur chez les Bleuets, Sylvain Ripoll, confirme la personnalité atypique du portier.

"Paul, il est en décalage, il s’accroche à ce qui lui fait du bien, sans aller dans les tendances. Dans une discussion sur les plaisirs de la vie, il va donner des exemples très simples et terre à terre, il va te parler d’un paysage par exemple. Il a des valeurs plus ancrées, moins superficielles que la moyenne. Il n’hésite pas à faire passer sa personne au deuxième plan. Il a compris très tôt les mécanismes d’un sport collectif."

Et c'est bien pour ça qu'il est tant apprécié par les observateurs, au-delà de son talnt.

Exemple de "décalage" chez l'ancien troyen, son auto-dérison concernant le fait qu'il semble plus âgé qu'il ne l'est. Pour 'Le Parisien', il expliquait ainsi :

"Ça me fait hurler de rire. J'accepte cette dérision. Je sais que je fais plus vieux que mon âge. D'abord à cause de ma calvitie précoce. Une fois, avec les Espoirs, on jouait au Kazakhstan, et j'ai surpris quelques regards adverses où certains devaient se demander quel âge j'avais (sourire)."

Une capacité à rire de soi assez rare dans le milieu, du moins en public.

P. Bernardoni : "J'accepte cette dérision, je sais que je fais plus vieux"

Contenu sponsorisé

En continu