N. Paolorsi : "Son agent (H. Cajuda) est très fort pour placer P. Sousa"

N. Paolorsi : "Son agent (H. Cajuda) est très fort pour placer P. Sousa"

Le - Médias - Par

Journaliste pour RMC, Nicolas Paolorsi, qui suit les Girondins de Bordeaux, a longuement parlé de Paulo Sousa, estimant notamment que, si le départ du Portugais du FCGB en fin de saison n'est pas (plus) acquis, ce dernier a fait des appels du pied pour cela, dans des médias lusitaniens et italiens... 

"Paulo Sousa a clairement fait des appels du pied, disant qu'il était - avec son staff - open et que si un projet lui plaisait il partirait. Je pense aussi qu'il a fait ça pour énerver le clubs, suite à cette fameuse affaire de l'interview à Sud Ouest que Frédéric Longuépée avait voulu modifier. En plus, son agent (Hugo Cajuda, NDLR) est très fort pour le placer (cf la rumeur Arsenal cet hiver, NDLR) et il essaye de trouver des portes de sortie à Sousa. Mais ça c'est normal, c'est le foot actuel, ça fait partie du job. En tout cas, oui, clairement, quand Sousa parle à 'La Gazzetta dello Sport', le journal ou l'un des journaux majeur(s) en Italie, c'est pour dire qu'il est prêt à partir.

Maintenant, encore une fois, partir... mais pour quoi ? Est-ce qu'un club de milieu de tableau en Serie A lui mettrait le même salaire que Bordeaux ? Est-ce que sa famille s'épanouirait autant qu'à Bordeaux ? Voilà, il y a plein de trucs qui rentrent en compte, pas que l'aspect purement sportif. En plus, là, avec le contexte ultra-particulier de la crise sanitaire, ça va être assez compliqué. Cet été, ce sera tellement le bazar en Ligue 1, qu'il y aura beaucoup à dire sur chaque club et surtout Bordeaux, car la période qu'on vit rend tout compliqué pour la suite. En tout cas, je ne pense pas que le club poussera Paulo Sousa dehors, car ce serait se tuer financièrement, surtout avec une dette estimée entre 30 et 40M€ et une masse salariale déjà très importante. Alors, vu tout ça, lâcher en plus des indemnités de licenciement à ton coach et à son staff ce serait suicidaire.

Sauf cataclysme, avec l'actionnaire King Street prêt à payer un licenciement de Paulo Sousa s'il donne une trop mauvaise image, je ne vois pas la direction le lâcher. Au bout d'un moment, les tensions entre Sousa et le président Longuépée vont devoir s'aplanir, avec de l'intelligence, car le club ne peut pas lâcher son coach comme ça et que Longuépée le sait... Sousa, pareil, il sait que sans autre projet il doit encore travailler à Bordeaux. Donc ça va devoir s'équilibrer. En plus, vu la cote d'amour de Frédéric Longuépée à Bordeaux, si en plus il se sépare de Paulo Sousa, un des seuls aimés des supporters, il se tire une balle dans le pied."

Arrivé en mars 2019, Paulo Sousa (comme son staff élargi) est sous contrat jusqu'en juin 2022.

Retranscriptions de WG faites par nos soins

N. Paolorsi : "Son agent (H. Cajuda) est très fort pour placer P. Sousa"

Contenu sponsorisé

En continu