Joseph DaGrosa répond sur l'été délicat et la cogestion avec M6 et sur ses rapports avec King Street

Joseph DaGrosa répond sur l'été délicat et la cogestion avec M6 et sur ses rapports avec King Street

Le - Interview - Par

Toujours dans son grand et très bon entretien publié hier par le site du journal '20 Minutes', Joseph DaGrosa, le nouveau représentant du consortium américain ayant racheté les Girondins de Bordeaux à M6, donne son ressenti sur l'été délicat vécu par le club au scapulaire en période de cogestion avec le groupe médiatique, qui restait alors l'actionnaire actuel mais travaillait (tant bien que mal) en concertation avec les fonds d'investissement GACP et King Street, futurs repreneurs.

"Je voudrais clarifier une chose avant tout. Cet été, nous avons vite compris que les discussions avec les joueurs et les entraîneurs, ça ne serait pas possible sans l’accord de M6. La seule chose qu’on pouvait faire, c’était accepter ou rejeter les accords de M6. Nous n’avions pas la possibilité de négocier. Nous avons proposé des noms mais M6 les a rejetés. Ils nous donnaient le nom et le prix du joueur, on ne pouvait dire que oui ou non.

(...) King Street ? C’est notre partenaire financier. Leur président il à affaire à moi, et à Hugo (Varela) aussi, on travaille tous ensemble. La relation est très bonne. On veut tous la même chose pour le club, on est sur la même longueur d’onde. La pression ne vient pas de King Street mais des supporters pour moi. Mais, c’est une bonne pression."

Joseph DaGrosa répond sur l'été délicat et la cogestion avec M6 et sur ses rapports avec King Street

En continu