Florian Brunet (Ultramarines) : "La survie du club est en jeu (...) C'est la roulette russe"

Florian Brunet (Ultramarines) : "La survie du club est en jeu (...) C'est la roulette russe"

Le - Supporters - Par

En interview dans SUD OUEST, le porte-parole des Ultramarines Bordeaux 87, Florian Brunet, réexplique pourquoi lui et surtout le groupe des UB 87 sont à la tête de la grande fronde contre le rachat du FC Girondins de Bordeaux par les fonds d'investissements américains réunis par Jospeh DaGrosa et GACP.

"On a observé la gestion du club durant cet été. On a été alertés par différentes composantes de la structure d’une ambiance très curieuse en son sein. On a vu arriver des gens qui ne nous inspiraient guère confiance. On a attendu de voir si Thierry Henry venait, ce qui aurait prouvé qu’il avait été rassuré par le projet et que ce que nous pressentions était faux. Mais Henry n’est pas venu. À partir de là, on a croisé nos sources : journalistes que nous connaissons, gens proches de la direction et en corroborant tout cela, nous avons décidé de monter au créneau fin août début-septembre parce que la survie du club est en jeu.

(...) On a suffisamment d’expérience pour ne pas être manipulés. On croise les informations qui nous sont fournies. Beaucoup de gens nous parlent parce qu’ils savent que nous sommes désintéressés et que seul compte l’intérêt supérieur des Girondins de Bordeaux. Mais surtout, nous avons étudié le projet. (...) Il ne s’agit pas de politique mais d’économie. On sait que l’argent est nécessaire dans le football, mais leur plan économique est irréaliste. (...) C'est la roulette russe."

Florian Brunet (Ultramarines) : "La survie du club est en jeu (...) C'est la roulette russe"

En continu