F. Brunet : "Si le mouvement ultra pose souci, qu'on arrête d'utiliser son travail pour vendre la L1"

F. Brunet : "Si le mouvement ultra pose souci, qu'on arrête d'utiliser son travail pour vendre la L1"

Le - Ultramarines - Par

On en termine avec nos retranscriptions extraites du passage de Florian Brunet (Ultramarines) dans 'Intégrale Foot' (webradio 'Ville Lumière'), émission diffusée hier. L'un des porte-parole des UB 87 insiste ici sur le rôle du groupe de supporters dans la vie des Girondins de Bordeaux et de la cité girondine.


"Que ce soit Sainté, Marseille, Paris, Nantes ou nous, Bordeaux, je ne pense pas que les clubs ne veuillent pas de nous, car l'environnement de ces clubs est favorable au mouvement ultra. Même si nous, en ce moment, on a des tensions avec la direction des Girondins, les relations ont toujours été très bonnes, et même encore aujourd'hui. Dans notre environnement local, on est donc acceptés, et aussi par les villes, dans lesquelles on a une aura incontestable. Après, s'ils ont un souci avec nous, ou avec les Ultras, alors qu'ils arrêtent d'utiliser leur image et leurs productions à des fins commerciales. C'est ça qui nous révolte le plus. Nos tifos, nos ambiances, et même les fumigènes sont utilisés à des fins commerciales, pour promouvoir la Ligue 1. Donc si le mouvement ultra est un problème, qu'on arrête d'utiliser son travail..."


F. Brunet : "Si le mouvement ultra pose souci, qu'on arrête d'utiliser son travail pour vendre la L1"

Contenu sponsorisé

En continu