Alou Diarra : "La force que nous avions en 2009 est venue petit à petit"

Alou Diarra : "La force que nous avions en 2009 est venue petit à petit"

Le - Anciens - Par

Pour l'ancien milieu défensif international français qu'est Alou Diarra, capitaine des Girondins de Bordeaux et joueur majeur du FCGB entre 2007 et 2011, le moment où les Marine et Blanc étaient champions de France et réalisaient un grand parcours en poule de Ligue des Champions, lors de l'année 2009, fut le meilleur passage de sa carrière, comme il l'avoue lui-même :

"J'ai gagné beaucoup de trophées aux Girondins, un club où je suis resté assez longtemps, où j'ai pris du plaisir sur et en dehors du terrain, et c'est vrai que c'était un club familial que j'aimais vraiment bien et où j'avais eu l'ambition de finir ma carrière. Mais cela s'est passé autrement. C'est le football. En tout cas, ce club m'a marqué dans son ensemble. (...) La force que nous avions en 2009, elle est venue petit à petit, au fil des matches, des rencontres, des enchaînements de grands matches en Ligue des Champions. On a alors vu qu'on pouvait rivaliser avec les meilleurs, et on se sentait, collectivement, vraiment très forts. Et c'est sûr qu'à l'époque aucune équipe ne nous faisait peur. On s'était déplacés à Munich sur le terrain du Bayern et de Turin, où on avait ramené deux résultats positifs, chez des grands clubs historiques d'Europe, grâce au collectif qu'on avait.

On se sentait vraiment capables de rivaliser avec n'importe qui, car il y avait une telle osmose dans notre groupe, avec des joueurs qui se trouvaient... les yeux fermés, un effectif où tout le monde allait dans le même sens. On vivait très bien, sur et hors du terrain, on se voyait régulièrement, nos liens étaient très forts. Les Girondins sont toujours un club très respecté en Europe, mais à cette époque-là il était craint et respecté par de très grandes équipes comme la Juventus de Turin, avec un grand joueur comme Gianluigi Buffon ayant cité Bordeaux, à son arrivée au PSG, comme un club français qu'il connaissait. C'est un signe fort."

(Source : radio ARL, émission 'Top Girondins' du 14 décembre)

Alou Diarra : "La force que nous avions en 2009 est venue petit à petit"

Contenu sponsorisé

En continu