Stéphane Martin reconnait "trop de paris" au mercato et admet avoir "eu peur de la relégation"

Stéphane Martin reconnait "trop de paris" au mercato et admet avoir "eu peur de la relégation"

Le - Interview- Par Aymeric

En entretien pour l'AFP (via L’Équipe), le président de nos Girondins de Bordeaux, Stéphane Martin, fait un pré-bilan de 2017-18, à l'approche des 3/4 de la saison de championnat. Martin admet qu'au cœur de la crise de fin 2017 et du début de 2018, il a craint la Ligue 2.


"A posteriori, je pense que l'on a fait trop de mouvements, avec trop de jeunes joueurs. Recruter des jeunes joueurs et faire des paris, c'est une politique de club qui est nécessaire, mais là il y en avait trop. (...) Avoir quelques joueurs avec plus d'expérience, du tempérament, aurait pu aider à mieux résister dans la tempête. (...) Videoton a été très dur à vivre les joueurs. (...) Ils ont été plus traumatisés que ce que l'on pensait par le 6-2 à Paris. (...) Il y a vraiment eu la peur de la relégation, ce qui est catastrophique pour un club comme Bordeaux.


(...) Le départ de Jocelyn (Gourvennec) ? Des gens diront qu'on aurait dû prendre la décision plus tôt, qu'on a été trop faible, trop laxiste. Je pense que le timing a tenu compte aussi de la personne car c'est facile de dire "Il faut virer le coach". Il n'avait pas lâché, il cherchait des solutions. Il avait l'estime de tout le monde, du club, celle de l'actionnaire. On a eu du mal à prendre cette décision. (...) Les joueurs n'avaient pas lâché, mais on se demande si ce n'était pas d'un électrochoc dont ils avaient besoin. C'était difficile de ne pas agir"


En continu