Souleymane Diawara : "Mes gants ? Nous, les footeux, on est superstitieux"

Souleymane Diawara : "Mes gants ? Nous, les footeux, on est superstitieux"

Le - Anciens - Par

Autre anecdote racontée par Souleymane Diawara, dans 'Inside Sport' : l'ex défenseur central international sénégalais passé par Le Havre, Sochaux, Charlton, Bordeaux (2007-09), Marseille et Nice explique pourquoi il portait toujours des gants sur un terrain.

"Si je peux vous dire la vérité ? Y a pas de vérité, j'avais juste froid, c'est tout (rire) ! Nan, mais sur ça j'en ai entendu des vertes et des pas mûres : non, je n'ai jamais eu de main coupée, je ne cachais pas des bagues, je n'avais pas de soucis de doigts. En vrai, je n'avais rien du tout. C'est juste qu'à l'époque... Si c'était de la superstition ? Tu sais que nous, les footeux, on est superstitieux. En fait, quand j'étais au Havre, j'avais été écarté une fois par l'entraîneur, car on ne devait pas sortir mais que je suis sorti... Donc bon, le coach il m'avait alors écarté. Mais, malheureusement pour lui, il se fait dégager une semaine après. Jean-François Domergue (autre ex joueur du FCGB, tiens... NDLR) le remplace et me réintègre dans l'effectif, alors qu'on joue contre Marseille. Il faisait froid, car c'était l'hiver, vous savez (sourire)... On avait gagné 4 à 2. Donc là, vous savez (rire) ! Avec la superstition des footballeurs, je les ai gardés. Donc ensuite je me suis habillé comme la semaine d'avant, puis c'est parti de là et c'est resté. Voilà. Maintenant, regardez, mes mains sont propres et belles, pas de bagues ; rien !"

Retranscription faite par nos soins

Souleymane Diawara : "Mes gants ? Nous, les footeux, on est superstitieux"

Contenu sponsorisé

En continu