S. Martin : "Faire converger l'accompagnement des féminines vers ce qui se passe pour les garçons"

S. Martin : "Faire converger l'accompagnement des féminines vers ce qui se passe pour les garçons"

Le - Interview - Par

Le journal L’Équipe consacre, ce mercredi, un article sympa à la section féminine des Girondins de Bordeaux. Malgré une récente défaite à domicile contre Lyon (0-4, sans démériter), meilleure équipe de France et d'Europe chez les femmes, les 'FCGB Girls' sont 5èmes de Division 1, pour leur deuxième saison dans l'élite et leur troisième année d'existence, sur les bases de l'ex ES Blanquefort (alors en D2). Un vrai projet de développement existe autour d'elles, et le président des Girondins, Stéphane Martin, l'explique en détails :


"Tous les clubs de D1 ont du mal à joindre les deux bouts. On perd de l'argent sur les filles, comme on en perd, environ 10 millions, sur les garçons. L'an dernier, notre budget était trop petit (250 000 euros) et on s'en est tiré miraculeusement (maintien à la dernière journée). On se prend au jeu, avec cette saison un budget de 700 000 euros, 1% de celui du club. C'est 500 000 euros de pertes en plus, oui, mais c'est raisonnable et on fait le pari qu'un jour le modèle économique pourra se développer. C'est important pour l'image et la vie du club, l'ensemble de la section féminin et ses 170 jeunes licenciées. On a envie de participer à cette aventure.


Malgré la différence de budgets, nous essayons d'avoir le même traitement dans la vie du club. Nous sommes tous au Haillan et notre idée est de faire converger l'accompagnement des féminines vers ce qui se passe pour les garçons. Il y a encore des différences sur les déplacements, mais notre directeur sportif, Ulrich Ramé, y consacre beaucoup d'énergie. Il y a aussi le suivi médical ou la mise en avant de leurs propres partenaires, parfois réticents à entrer dans le monde du football masculin pour son côté sulfureux, et qui apprécient la dimension de fraîcheur et de double-projet du monde semi-amateur."


S. Martin : "Faire converger l'accompagnement des féminines vers ce qui se passe pour les garçons"

Contenu sponsorisé

En continu