Pour Laurent Perpigna le risque du projet de GACP est illustré par les taux de King Street et Fortress

Pour Laurent Perpigna le risque du projet de GACP est illustré par les taux de King Street et Fortress

Le - Vente des Girondins - Par

Laurent Perpigna, un des autres porte-parole des Ultramarines, est lui aussi, bien évidemment, opposé au rachat du FCGB par GACP. Sur Twitter, et à la lumière des nouvelles révélations du jour quant au montage financier des Américains, la voix la plus connue du Virage Sud explique pourquoi :

"Le projet de GACP est risqué, et ce ne sont ni la DNCG, ni les Ultras, ni les médias qui l'illustrent le mieux. Ce sont tout simplement CEUX qui prêtent l'argent, pour preuve les taux d'intérêt extrêmement élevés. Simplement, le taux d'intérêt rémunère le risque pris par la personne qui prête de l'argent. Donc plus le risque est élevé, plus le taux d'intérêt l'est. Cela en dit long sur notre affaire. CQFD. #HandsOffFcgb"

(Pour rappel, si c'est plus souvent Florian Brunet qui monte au créneau au nom du groupe, dans les médias, il le fait au nom des UB 87 dans leur ensemble et dont le directoire d'une trentaine de personnes décide de la ligne de conduite ; ce qui a été fait à l'unanimité sur ce sujet General American Capital Partners.) 

Pour Laurent Perpigna le risque du projet de GACP est illustré par les taux de King Street et Fortress

Contenu sponsorisé

En continu