Noël Le Graët : "Je ne veux pas être pris en otage sur l'homophobie"

Noël Le Graët : "Je ne veux pas être pris en otage sur l'homophobie"

Le - Discipline - Par

Le sujet de l'homophobie dans les stades faisant actuellement polémique, le président de la Fédération Française de Football, Noël Le Graët, a pris position, sur France Info.

"Moi, je n'arrêterais pas les matches (s'il était à la place des arbitres, NDLR). Il faut être tout à fait clair, le football reçoit tout le monde, dans nos clubs et nos stades. Je suis contre l'arrêt des matches, ça ne m'intéresse pas, pour moi c'est une erreur. Mais je ne veux pas être pris en otage sur l'homophobie, car ce n'est pas vrai qu'il y a une omerta et nous avons la volonté farouche qu'on soit tous dans un stade de façon digne et amicale et en famille.

Un match, je l'arrêterais pour des cris racistes, ça c'est clair. J'ai donné des instructions pour ça et puis pour des bagarres, des incidents et des dangers en tribunes. Mais ce sont les services de sécurité des clubs qui doivent d'abord contrôler les gens qui rentrent. Ces services, ils doivent faire en sorte que les banderoles disparaissent rapidement et dans de bonnes conditions. Mais moi, surtout, je fais passer le message : 'ne venez pas au stade avec des banderoles', c'est aussi simple que ça ! On peut venir au stade, encourager son équipe, mais il est interdit de faire ça. On va faire en sorte que ces banderoles ne puissent pas rentrer."

Noël Le Graët : "Je ne veux pas être pris en otage sur l'homophobie"

Contenu sponsorisé

En continu