Ludovic Obraniak : "On a essayé de dénaturer ce club, de le vider de son âme"

Ludovic Obraniak : "On a essayé de dénaturer ce club, de le vider de son âme"

Le - Anciens - Par

Invité d'Europe 1, ce soir, Ludovic Obraniak, l'ancien milieu offensif des Girondins, a taclé les Marine et Blanc actuels, une fois de plus :

"Il y a aussi des problèmes ailleurs, dans d'autres clubs, mais là... Bordeaux, on pourrait en parler pendant des heures tant il y a de choses à dire. Et je ne sais même pas par où commencer. On a essayé de dénaturer ce club, de le vider de son âme, de détruire l'histoire pour mieux crédibiliser ce qu'on voulait mettre en place ; la preuve avec ce nouveau logo dégueulasse où le nom du club et aussi les couleurs sont changés.

Les nouveaux investisseurs étrangers, ils viennent mettre de l'argent et on leur suggère, via des lobbys, de nommer des gens à des places. Mais ils croient que par le marketing et le digital ils vont pouvoir mettre en avant un club au niveau national et même international, sans avoir besoin du sportif. Mais pour moi c'est tout l'inverse ! L'ancrage local, d'abord, puis national doit permettre ensuite de marcher à l'international. Aujourd'hui, à l'étranger, on connait la ville de Bordeaux et le vin, mais pas les Girondins, donc les dirigeants prennent le contresens de ce qui serait un projet crédible.

Et après, il y a le problème des gens mis en place, qui sont des mégalomanes endurcis et mènent la vie dure à tout le monde. Je parle là du président Frédéric Longuépée, d'Antony Thiodet et de ceux qui les entourent. Je ne suis pas resté longtemps jouer à Bordeaux, mais ce club, même si c'est dur d'y entrer, il est spécial. Il faut en comprendre les codes pour y réussir, comme le fait de gagner le château du Haillan, qui est le QG du club, son cœur, là où les joueurs s'entraînent et où des personnes travaillant au club depuis des longues années se réunissent pour le faire fonctionner. Mais force est de constater, comme Marc Planus l'a dit, que ça a changé, car maintenant il a l'impression de rentrer dans une banque quand il y va... On a enlevé le côté humain de ce club en fait, pour faire du business, alors que pour moi l'aventure humaine c'est la base du football. Et le projet sportif est aussi négligé. Donc c'est vraiment dur de trouver quelque chose qui va dans ce club."

Retranscriptions faites par nos soins."

Ludovic Obraniak : "On a essayé de dénaturer ce club, de le vider de son âme"

Contenu sponsorisé

En continu