Laurent Perpigna Iban : "Le football donne parfois un visage détestable"

Laurent Perpigna Iban : "Le football donne parfois un visage détestable"

Le - Ultramarines - Par

Ce samedi 16 novembre, à la Fabrique Pola de Bordeaux, dans le cadre du festival Coup Franc, avait lieu un après-midi d'échanges, de rencontres et de débats sur le thème : "Le football est-il encore supportable ?".

Yann Philippin (Mediapart), Mathias Edwards (SoFoot.com et Revue Far Ouest), Laurent Perpigna Iban, (Revue Far Ouest et Ultramarines Bordeaux 1987), Mickaël Correia (auteur de l'ouvrage "Une histoire populaire du football"), Nicolas Hourcade (sociologue spécialiste du monde des tribunes) et Florian Brunet (UB 87) étaient les intervenants.

La page Facebook de Revue Far Ouest propose de (re)voir et de (ré)écouter l'essentiel des évènements, dans les débats sur le bilan du rachat des Girondins de Bordeaux, un an après et la place des supporters dans le football de demain.

Voici aussi les analyses générales de Nicolas Hourcade et de Laurent Perpigna Iban sur l'ensemble du sujet :

NH : "Le football vit actuellement une époque qui est plutôt paradoxale, parce que d'un côté l'économie du football a complètement explosé à la fin du XXème siècle, avec l'arrivée d'investisseurs étrangers dans le football européen, ce qui conduit à couper ce football d'une partie de ses traditions et de sa base habituelle ; et d'un autre côté les supporters jouent désormais un rôle absolument essentiel dans le football. Ils sont devenus l'incontournable 12ème homme. Le club en a besoin pour le soutien, mais le football aussi car cette ferveur-là prouve que le spectacle mérite d'être vendu cher aux télés et aux sponsors."

LPI : "Aujourd'hui, le football est mondialisé. Le football donne parfois un visage détestable et il questionne notre passion et notre engagement au sein du football. C'est tout une jeunesse qui a décidé de s'engager dans ce sport pour lui donner une image un peu plus présentable, et particulièrement ici, à Bordeaux. Encore plus depuis le rachat du club. Les supporters sont en première ligne pour défendre leur institution, leurs emblèmes et leurs couleurs."

Laurent Perpigna Iban : "Le football donne parfois un visage détestable"

Contenu sponsorisé

En continu