Julien Faubert : "Le Real voulait Valencia et j’étais le deuxième choix"

Julien Faubert : "Le Real voulait Valencia et j’étais le deuxième choix"

Le - Anciens - Par

Ex joueur du couloir droit bordelais, attaché au FCGB (d'avant), l'apprenti entraîneur qu'est Julien Faubert raconte comment il a vécu son prêt surprise de West Ham au... Real Madrid, en janvier 2009.

Propos tenus pour 'The Athletic' et relayés via FootMercato :

"Nous étions avec l’équipe dans le bus, direction Upton Park (le stade d’alors de West Ham, ndlr). Je reçois là un coup de fil d’un Français qui travaille au Real Madrid et qui me dit : 'Salut, je travaille pour le Real et nous voulons te parler'. Je lui réponds que j’ai un match important à préparer et que je n’ai pas le temps pour ces conneries. J’éteins mon téléphone, nous jouons le match et quand je le rallume, je vois 30 SMS et 50 messages sur mon répondeur. C’est là que j’ai su que c’était sérieux. J’ai appelé mon agent et il m’a dit qu’on devait discuter avec le Real Madrid, qui avait envoyé des représentants dans un hôtel à Heathrow (l’un des aéroports de Londres, ndlr). C’était le dernier jour du marché des transferts, nous y sommes allés et avons commencé les négociations.

(...) Je ressentais beaucoup de choses, mais j’étais heureux, c’est le Real Madrid quand même ! Quand je me suis rendu compte que c’était bien vrai, je priais pour que les négociations se passent bien. En réalité, ils voulaient Antonio Valencia mais il s’était engagé pour Manchester United, et j’étais le deuxième choix. (...) Quand le deal a été fait, je suis revenu à West Ham pour prendre mes affaires. Plusieurs de mes coéquipiers ont commencé à rire. Ils disaient : "Tu te rends compte où tu vas Julien ? C’est le putain de Real Madrid !'. Il y avait beaucoup de plaisanteries."

En Espagne, Faubert ne joua que deux bouts de matches en quelques mois, mais l'expérience fut quand même enrichissante.

Julien Faubert : "Le Real voulait Valencia et j’étais le deuxième choix"

Contenu sponsorisé

En continu