Jonathan Gradit évoque son passage à Caen et sa "faute" de comm' en Normandie

Jonathan Gradit évoque son passage à Caen et sa "faute" de comm' en Normandie

Le - Anciens- Par

Promu en Ligue 1 avec Lens, l'ancien défenseur espoir des Girondins, Jonathan Gradit, a parlé dans l'émission 'AS Foot' (diffusée sur Twitch) de son passage à Caen et de son erreur de communication lui valant d'avoir mauvaise réputation là-bas.

"De base, en venant à Caen, j'étais la doublure de Fred Guilbet, un autre ancien de Bordeaux, tout en pouvant jouer dans l'axe où il y avait aussi Paul Baysse, et on ne misait pas grand-chose sur moi, sauf le coach Mercadal qui m'avait fait venir. Puis la tendance s'est inversée, car j'ai joué des matches, que j'ai été bon, donc le public m'a apprécié car il aimait ma mentalité de battant. Sauf que, malheureusement, après la descente en L2, j'ai eu des offres... Il y avait Lens, où je suis allé, mais aussi trois clubs de L1 jouant le maintien, sauf que je n'avais pas envie d'y aller et que, si on descendait, j'aie ensuite l'étiquette du mec avec qui tu descends. Par contre, par rapport à Caen, je regrette un peu ma communication. Je n'ai pas été très bon, car j'avais dit à un journaliste, en début de saison, vouloir y rester, que ma famille y était bien, mais je m'étais un peu enflammé et c'est mon regret, car j'ai déçu des gens en partant et que je suis un peu passé pour un c**. Je comprends que les supporters m'en veuillent. (...) Maintenant, je ne pense pas que le président de Caen me reprenne (sourire)...

Jonathan Gradit évoque son passage à Caen et sa "faute" de comm' en Normandie

(...) Mon meilleur poste ? Le poste où je suis le plus à l’aise, c’est défenseur central. Car je suis formé défenseur central. C’est vrai que, comme je ne suis pas un grand gabarit avec des qualités physiques extraordinaires, on m’avait décalé à droite chez les pros, et j'y ai aussi fait des bons matches. Mais c’est plus compliqué pour moi à droite, car je n’ai pas l’habitude de jouer à ce poste-là, mais je ne rechigne jamais ; même si je dois jouer attaquant (rire)."

Retranscriptions faites par nos soins

En continu