F. Brunet : "Notre club est en grand danger, notre tribune l’est avec..."

F. Brunet : "Notre club est en grand danger, notre tribune l’est avec..."

Le - Ultramarines - Par

Après les infos de L'Équipe il y a quelques jours, c'est maintenant Sud Ouest qui confirme encore une fois et explicite un peu plus qu'entre King Street (le fonds possédant 86% du FCGB) et General Amercan Capital Partners (le fonds possédant le reste du club mais qui a mené le rachat et gère les Girondins) rien ne va plus. Le fonds majoritaire pourrait ainsi évincer Joe DaGrosa et ses associés pour posséder la totalité des Marine et Blanc ; alors que c'est DaGrosa qui est allé les chercher ; et tenter ainsi de rétablir une situation financière profitable pour eux... et pour le club ? Rien de bien sûr.

Ainsi, Florian Brunet, porte-parole des Ultramarines Bordeaux 87 - inquiets depuis le départ quant à ce rachat par un consortium de fonds américains et aujourd'hui très hostile à KS et à ses hommes - écrit ceci, sur Twitter :

"La situation, elle est maintenant sur la table. Désolé pour ceux qui avaient un optimisme béat. Beaucoup du sens de notre combat est expliqué dans cet article. Le combat #HandsoffFcgb était malheureusement presque une prédiction... Une réaction, Nicolas de Tavernost ? Si nous interpellons NdT, c’est uniquement pour lui rappeler son aplomb lors de notre ultime entrevue où il faisait tout pour nous rassurer sur le sérieux et la viabilité du projet. Malheureusement, notre inquiétude était grandement légitime...

Notre club est en grand danger, notre tribune l’est avec... Cette vision que nous combattons avec la plus grande hargne et qui n’est pas sportive prend le dessus sur celle qui nous a ramenés en haut du classement. Les enjeux sont de taille dorénavant pour l’avenir du FCGB..."

F. Brunet : "Notre club est en grand danger, notre tribune l’est avec..."

Contenu sponsorisé

En continu