F. Brunet : "Le problème c'est faire vivre le club sur les années à venir"

F. Brunet : "Le problème c'est faire vivre le club sur les années à venir"

Le - Ultramarines - Par

Suite des analyses de Florian Brunet, porte-parole des Ultramarines Bordeaux 87, dans 'Le Talk' de WebGirondins. Ici, le leader ultra girondin avoue être inquiet pour l'avenir économique du club, et pas forcément (que) pour l'échéance à court terme du passage habituel de mi-saison devant la Direction Nationale du Contrôle de Gestion :

"En fait, au-delà du départ de Longuépée qui est l'urgence immédiate, la vraie urgence, elle est financière. On nous dit que l'actionnaire King Street va assumer, fin juin ou début juillet, devant la DNCG. Mais le problème il n'est pas que là, à passer la DNCG, le problème c'est de faire vivre le club sur les années à venir. Et ça, ce n'est absolument pas assuré. Absolument pas. Que KS fasse une lettre d'intentions (de confort ; NDLR), peut-être voire sans doute, mais qu'ils rajoutent tous les six mois 30 ou 40 voire 50 M€... certainement pas.

Il y a quand même des gens, encore très bien placés au club, qui sont très inquiets et nous en font part. Le vrai danger, il est là : ne pas pouvoir éviter le dépôt de bilan. Des gens disent : 'Mais non, vous exagérez...' ; bah non, on n'exagère pas. Alors on demande de pouvoir se remettre autour d'une table pour éviter ça, mais rien n'est fait pour ça, pour relancer une dynamique sérieuse. Actuellement, une personne pourrit l'ambiance dans le club, au niveau des salariés, des partenaires, des supporters, et rien ne va dans le bon sens. Donc on ne peut pas se concentrer sur notre club, et c'est pour ça que la première urgence c'est de changer l'équipe opérationnelle, le plus rapidement possible, et surtout le président Frédéric Longuépée."

Retranscriptions faites par nos soins

F. Brunet : "Le problème c'est faire vivre le club sur les années à venir"

Contenu sponsorisé

En continu