P. Favier : "Recrutements et masses salariales contrôlés peuvent arriver"

P. Favier : "Recrutements et masses salariales contrôlés peuvent arriver"

Le - Interview GA - Par

Écrivant, pour Sud Ouest, des articles axés sport et économie, le journaliste Patrick Favier a répondu, en mai, aux questions de nos amis et partenaires de 'Girondins Analyse' (lire nos retranscriptions thématiques de son entretien par ICI, écouter l'audio complet via CE LIEN).

Voici, notamment, ses analyses sur certaines des "armes" dont dispose la Direction Nationale du Contrôle de Gestion pour sanctionner les clubs ; sans les rétrograder administrativement ; si elle estime que leur situation le justifie :

"Je crois que c'était l'an dernier, mais il faut bien se souvenir que Lille a eu un recrutement encadré. La DNCG avait validé les nouveaux contrats, dont celui de Loïc Rémy, mais c'était dépendant du fait que le LOSC rétablisse sa situation financière. Une des armes de la DNCG, qu'elle peut appliquer à certains clubs et aux Girondins, c'est de dire : 'Ne recrutez pas, ne vendez pas, et on encadre votre masse salariale'. C'est à dire que, si vous faites partir un joueur et que vous en faites venir un il ne faudra pas que ça fasse augmenter votre masse salariale. Cela fait partie de l'éventail des sanctions de la DNCG. Il est tout à fait possible, c'est même ce qu'il se murmure, qu'énormément de clubs soient concernés par ces mesures de la DNCG. Des recrutements et masses salariales contrôlés, ça peut très bien arriver, et ce serait la première traduction des difficultés des clubs de monter leur budget pour la saison prochaine.

L'an dernier - enfin, la dernière saison où la DNCG a publié son rapport, donc plutôt 2018-19 -, il y a 5 clubs de Ligue 1 déficitaires même après les transferts, dont Bordeaux ; 6 clubs ayant un bénéfice inférieur à 1 M€ et 9 avec un bénéfice supérieur à 1 M€. Alors, maintenant, avec la crise du Covid-19, énormément de clubs vont être dans une situation fragile, avec en plus un marché des transferts qui sera surement moins rémunérateur que les années passées ; alors qu'on sait que pour être à l'équilibre ou en bénéfice ou réduire leurs pertes les clubs français ont besoin des ventes de joueurs. Donc il faut s'attendre, cette année, à ce que la DNCG prenne des mesures d'encadrement. Mais, dans un passé récent, elle en a déjà prises."

Retranscriptions faites par nos soins

P. Favier : "Recrutements et masses salariales contrôlés peuvent arriver"

Contenu sponsorisé

En continu