F. Brunet : "J'ose espérer qu'à King Street ils ouvrent les yeux (sur FL)"

F. Brunet : "J'ose espérer qu'à King Street ils ouvrent les yeux (sur FL)"

Le - Ultramarines - Par

Répondant aux questions de WebGirondins et de l'émission "Le Talk", le porte-parole des Ultramarines Bordeaux 87, Florian Brunet, aborde en détails la position du groupe de supporters du Virage Sud à propos du président Frédéric Longuépée et de l'actionnaire King Street :

"Les dirigeants actuels ? Oui, ils sont toujours là, mais on sait pourquoi... Frédéric Longuépée, c’est plus de 40 000€ nets par mois. Je ne crois pas qu’il ait souvent touché ça dans sa vie. Donc les explications, elles ne sont pas ailleurs. Longuépée, c’est quelqu’un qui est dans un délire mégalo, qui rabaisse tout le monde depuis qu’il est arrivé, qui s’est coupé de tout le monde, qui s'est fait détester par tout le monde... Donc qu’est-ce qui peut encore le faire rester à sa place alors qu’il est détesté par toute la ville ? Je ne vois pas autre chose que son salaire... Il a une espèce de mégalomanie maladive, on le voit dans tout ce qu’il fait. Quand on voit les derniers communiqués du club, comment voulez-vous que le peuple bordelais ne se sente pas insulté ? Quand vous voyez la communication interne qui avait été diffusée après les Leaks aux salariés, quand on voit le dernier communiqué pour répondre à l’éviction de David Lafarge... Mais comment voulez-vous que les gens ne se sentent pas révoltés ? C’est tout le peuple bordelais qui est insulté ! Les Ultramarines sont bafoués, rabaissés, et les gens se retrouvent à travers nous. Les dernières communications faites par le club sont tellement symptomatiques de tout ce qui se passe depuis deux ans, donc comment imaginer que l’on puisse encore dialoguer avec ces gens-là ? On voit bien que c’est impossible. Il n’y a que du mépris, que du dédain dans leurs discours, c’est lamentable... Alors évidemment, les dririgeants ont créé une colère qui est incroyable aujourd’hui. Mais on récolte ce que l’on sème. Et ils ont très bien semé.

(...) King Street ? On s'est exprimé là-dessus. Quel que soit l'actionnaire, il faut que l'équipe opérationnelle soit remaniée et qu'on puisse se remettre tous au travail pour le bien du club. L'urgence, c'est vraiment ça. L'urgence, c'est de sortir Longuépée, car il bloque tout, il empêche tout le monde de travailler, il empêche de se concentrer sur l'essentiel, alors il faut absolument que King Street ouvre enfin les yeux. Et j'ose espérer qu'ils sont en train de les ouvrir. Mais le point de départ, c'est que tant que Longuépée sera là, rien ne sera possible. En plus, Longuépée continue d'amener ses hommes. Là, on a le commissaire de police, Arnaud Poupard, qui est en train de prendre ses fonctions, et c'est une déclaration de guerre ça : on va eux devants de très, très gros problèmes qui, à un moment donné, vont toucher l'ordre public. Je répète qu'à la tête du club on a un mégalo qui est en pleine crise, un pervers narcissique qui prend du plaisir à rabaisser tout le monde continuellement et qui pousse la provocation jusqu'à embaucher un nouveau responsable sécurité, lui aussi venant du PSG et étant un ex commissaire de police. Donc à un moment donné il va y avoir des soucis dans l'ordre public, car on ne peut pas tout chambouler, provoquer et insulter les gens indéfiniment. Donc il faut absolument, le plus vite possible, que Frédéric Longuépée s'en aille. La première urgence, c'est vraiment de remanier l'équipe opérationnelle pour remettre de l'intégrité, afin qu'on puisse se remettre au travail et que les amoureux des Girondins trouvent des solutions pour notre club en se mettant autour d'une table."

Retranscriptions faites par nos soins

F. Brunet : "J'ose espérer qu'à King Street ils ouvrent les yeux (sur FL)"

Contenu sponsorisé

En continu