Éric Di Meco : "Entre ce que ça représente financièrement et la fatigue de la police, je comprends"

Éric Di Meco : "Entre ce que ça représente financièrement et la fatigue de la police, je comprends"

Le - Médias - Par

Éric Di Meco, l'ancien défenseur latéral international de Marseille et Monaco, a affirmé, dans 'Le Vestiaire' (SFR Sport), comprendre la logique des arrêtés d'interdictions de déplacements pour les supporters. Ceux que les Ultramarines enfreignent et veulent encore enfreindre dimanche, en essayant d'aller à Marseille.


"Moi, au début - car c'est une mode, entre guillemets, récente -, je faisais partie de ceux qui étaient virulents contre ces interdictions pour les groupes de supporters d'aller dans les stades des clubs adverses. Ces mesures-là, je me disais qu'elles étaient contre le foot, car le foot c'est réussir à gérer des supporters adverses venant dans un stade. Le problème, c'est qu'ensuite on m'a expliqué ce que ça représentait, en coût, d'assurer la sécurité des supporters qui se déplaçaient... Et des fois il y a des gros soucis de sécurité. Or, vu tout ce qui se passe en ce moment dans le monde, et surtout en France, ces dernières années, je crois que la police a d'autres chats à fouetter que d'aller gérer des supporters plus ou moins excités.


Du coup, je commence à comprendre ces mesures, même si je trouve ça dommage pour le foot. Mais, en ce moment, nos forces de police sont fatiguées, ont beaucoup de boulot, et elles doivent nous protéger ailleurs que dans les stades. Si on avait des supporters qui arrivaient à bien se tenir quand ils se déplacent, ça irait. Mais ça ce n'est pas toujours le cas, malheureusement. Et du coup, entre ce que ça représente financièrement et niveau fatigue pour les forces de l'ordre, je veux bien changer d'avis et comprendre."


Éric Di Meco : "Entre ce que ça représente financièrement et la fatigue de la police, je comprends"

En continu