Éric Blahic : "Je crois à deux choses : la compétence et l'honnêteté"

Éric Blahic : "Je crois à deux choses : la compétence et l'honnêteté"

Le - Interview GA - Par

L'ancien adjoint de Jocelyn Gourvennec pendant de longues années, et notamment à Bordeaux entre l'été 2016 et janvier 2018, Éric Blahic, a accordé hier un entretien à nos partenaires et amis de l'émission 'Girondins Analyse' (podcast dispo en fin de brève). Abordant longuement le football féminin aux Girondins mais surtout au niveau national, lui qui est désormais adjoint de Corinne Diacre chez les Bleues, il revient également sur la façon dont il a construit sa carrière :

"Mon confinement pendant la crise sanitaire du coronavirus ? Oh, ça va... On est des privilégiés nous par rapport à d'autres en ce moment qui ont une situation bien pire. En plus je suis dans une région très agréable. Cela va faire sourire les Bordelais, mais il fait beau en Bretagne. Donc j'en profite bien.

(...) Ma carrière d'entraîneur adjoint ? Pour construire une bonne relation avec un entraîneur principal, je crois que chaque cas a déjà sa particularité. Moi, j'ai commencé à Guingamp, en étant à la fois professeur d'Éducation Physique et Sportive et en charge des jeunes au centre de formation, puis Francis Smerecki - que je ne connaissais pas - cherchait un adjoint, en National à l'époque, donc j'ai commencé comme cela. Après, Guy Lacombe est arrivé et j'ai été avec lui à Guingamp, Sochaux et Paris, puis j'ai continué à Guingamp avec Victor Zvunka et avec Joce ensuite, à Guingamp et à Bordeaux. Ces trois-là, ils ont des caractères complètements différents, ce sont des figures du football très différentes, avec des façons de travailler et de se projeter dans l'avenir bien différentes. Alors, dans le fonctionnement d'un staff, quand j'ai commencé, nous n'étions que deux, puis avec Jocelyn ou avec Corinne Diacre aujourd'hui en équipe de France on a quand même 7-8 techniciens autour du ou de la coach(e) principal(e).

Mais moi, raisonnablement, je crois à deux choses : la compétence ; en général, je ne parle pas que de moi ; et l'honnêteté. Si vous n'avez pas ces deux choses-là, c'est très compliqué d'avancer. Après, il y a votre philosophie de travail que vous voulez inculquez ou recevoir de votre numéro 1. Et vous faites avancer les choses comme ça. Voilà. (...) Comment je vois l'évolution du rôle d'adjoint ? Selon la personnalité de votre numéro 1, vous êtes le deuxième manager d'un staff technique, gérant les relations entre la vidéo, le ou les préparateur(s) athlétique, les médecins, les kinés et autres. Alors, ce fonctionnement fait que vous gérez à la fois l'animation de ce qu'il se passe sur le terrain et ; toujours sous la tutelle du numéro 1 ; et autour. Mais à l'avenir, je pense que ça évoluera encore et qu'on va arriver à des staffs encore plus étoffés, avec des personnes qui ne viendront peut-être que quelques jours dans la semaine mais en sachant bien qui rencontre qui et qui fait quoi, pour travailler des points très précis. Je pense, voire je suis sûr, qu'on arrivera à ça."

Retranscriptions faites par nos soins

Éric Blahic : "Je crois à deux choses : la compétence et l'honnêteté"

Contenu sponsorisé

En continu