C. Pierrel : "Trouver comment travailler pour bien aligner les intérêts"

C. Pierrel : "Trouver comment travailler pour bien aligner les intérêts"

Le - Interview GA - Par

Encore dans son entretien à 'Girondins Analyse', le président de Stade Bordeaux Atlantique, Christophe Pierrel, parle de ses rapports avec les Girondins de Bordeaux, lui qui dirige donc la société exploitante du Matmut Atlantique :

"Je n'étais pas là avant (Monsieur Pierrel est en place depuis avril 2019, NDLR), donc je ne peux donc pas vous dire ce qu'il en était avant (avec M6), mais ce qu'il est en est maintenant. Il y a une réalité, c'est que la métropole a changé de président (Patrick Bobet, NDLR), le maire de Bordeaux a aussi changé puisque Nicolas Florian a pris la suite d'Alain Juppé, SBA également et le club des Girondins aussi. Donc je ne peux pas vous dire comment étaient les relations avant, mais je peux vous dire comment elles sont maintenant, et elles sont très bonnes entre tous ces acteurs. Aujourd'hui, je suis content, car je travaille aujourd'hui très bien avec Frédéric Longuépée et Joe DaGrosa, ainsi qu'avec la force publique, bien évidemment.

Les Girondins de Bordeaux, c'est vrai qu'ils construisent une toute autre histoire finalement, après une longue avec M6. Dans ces moments-là, il faut toujours reconstruire, recréer du lien, de la confiance ; mais nous la confiance avec les Girondins elle est là. Après, la stratégie du club des Girondins de Bordeaux et de leurs actionnaires, on n'a pas à la discuter. Elle leur est propre cette stratégie. Mais ce qui est certain, c'est qu'on travaille dans le même bâtiment, car eux, quand ils viennent ici (l'entretien a eu lieu au Matmut Atlantique, NDLR), ils sont chez eux le temps le temps des matches. Mais on est sûrs d'une chose, entre Frédéric Longuépée, Joe DaGrosa et nous : il faut sans doute réaligner les intérêts des uns et des autres. Quand je dis qu'il est plus favorable pour le contrat qu'il y ait moins de matches des Girondins, c'est une réalité : les Girondins pèsent - entre guillemets - financièrement sur les comptes de SBA ; et inversement, les Girondins ont intérêt à ce qu'on fasse le moins de concerts et d’activités possibles, car on touche à la pelouse et donc on prend plus de temps sur la bâtiment.

Alors il faut trouver les moyens, et nous sommes en train de les chercher, avec l'équipe dirigeante des Girondins, pour  bien faire en sorte qu'on ne soit pas destructeurs de valeur les uns les autres et que tout le monde se sente chez lui au Matmut Atlantique. C'est indispensable ! Moi, je ne peux pas entendre que les Girondins disent : 'On ne se sent pas chez nous dans ce bâtiment'. au même titre que je ne peux pas entendre qu'ils disent qu'on ne peut pas faire de concerts. Il faut que tout le monde, ici, se sente chez lui, s'approprie ce bâtiment, ce lieu. Quand on a fait, l'an dernier, l'Orange Foot Park, à destination des supporters de ce grand club des Girondins de Bordeaux en fait, de tous ceux qui aiment le foot et voulaient fouler la pelouse. Ce n'était pas fait, comme ça, et à destination de n'importe qui, donc ça nous a fait plaisir de permettre ça. Alors il faut trouver des façons de travailler pour bien aligner les intérêts et ça, ça me tient à cœur, car je veux vraiment que ce soit le stade des Bordelais, des Girondins, de tous les supporters, de l'UBB quand ils viennent. C'est indispensable.

L'an dernier, on a mis 42 000 personnes pour les deux concerts de Muse et d'Ed Sheeran, et les fans de musique se sentaient chez eux. Ils ont vécu un moment de bonheur exceptionnel, au même titre que ceux venant pour un grand match des Girondins. Ce stade est un endroit de plaisir et de bonheur, il ne faut pas que ça devienne un endroit conflictuel. Il y a des fois trop d'amertume qui ressort de ce qui se passe au Matmut, mais nous on essaye vraiment de délivrer cette image d'une volonté positive de faire en sorte que tout le monde s'amuse, prenne du plaisir et du bonheur quand il est ici ; qu'on fasse abstraction des vieillies histoires. Car en fait, c'est ça le problème : on en revient toujours sur des vieux sujets. Regardons donc le futur et demandons-nous comment on fait pour que tout le monde s'y retrouve et soit heureux dans le stade Matmut Atlantique."

C. Pierrel : "Trouver comment travailler pour bien aligner les intérêts"

Contenu sponsorisé

En continu