Benoît Trémoulinas : "Le plus fou ? Soulé Diawara, quand même !"

Benoît Trémoulinas : "Le plus fou ? Soulé Diawara, quand même !"

Le - Anciens - Par

Encore dans son entretien du jour, pour L'Équipe, l’ex arrière gauche des Girondins, Benoît Trémoulinas, raconte des anecdotes sur le joueur le plus fou qu'il ait fréquenté et sur une petite virée "inavouable", avec ce même joueur...

"Le plus fou ? Soulé Diawara, quand même (rire) ! Mais dans le bon sens. Une bonne humeur permanente, toujours le sourire, ça a été un bonheur de jouer à ses côtés. Il nous a beaucoup appris sur le terrain et en dehors. Mais il ne fallait pas le suivre tout le temps, partout (sourire). Lui, ça ne le gênait pas, il sortait et il répondait présent à chaque match. C'était le plus drôle, aussi, et pas seulement parce qu'il débarquait dans le vestiaire en nous mettant 'Le petit bonhomme en mousse' de Patrick Sébastien. 

Une anecdote inavouable ? Un jour, je ne me suis pas levé pour l'entraînement, parce qu'on avait fait une soirée avec le club, tous les joueurs de Bordeaux. Mais ce qui est bizarre, c'est que les deux seuls joueurs à avoir séché cet entraînement étaient Soulé et moi. Moi, j'étais jeune, c'était une de mes premières soirées. Jean-Louis Gasset m'a dit : 'Voilà, t'as voulu suivre le grand'. J'ai essayé de dire que j'étais malade, mais ça n'a pas marché. Les autres joueurs m'on dit que j'étais en pleine forme la nuit. Laurent Blanc et Jean-Louis Gasset ont été top, ils m'ont dit que j'avais grillé mon joker et qu'on n'en parlait plus. Et je n'ai plus raté d'entraînement."

Benoît Trémoulinas : "Le plus fou ? Soulé Diawara, quand même !"

En continu