Alex (UB 87) : "On n'acceptera pas un simple business plan, ni de vendre notre âme au diable"

Alex (UB 87) : "On n'acceptera pas un simple business plan, ni de vendre notre âme au diable"

Le - Ultramarines - Par

Sur son site, Revue-FarOuest donne la parole aux Ultramarines Bordeaux 87 et à Alex, membre du groupe depuis 1991, qui témoigne sur la vision qu'ont les UB 87 des personnes et/ou les entreprise(s) qui doivent diriger le club qu'ils supportent activement depuis maintenant plus de 30 ans : les Girondins de Bordeaux. Un avis positif est laissé sur Jean-Louis Triaud, président du FCGB de 1996 à mars 2017. La "gestion très terroir" de JLT est saluée, tout comme l'intérêt de Nicolas de Tavernost et d'M6 pour tout le club, son histoire et son identité ; tandis que la venue d'un nouveau propriétaire qui serait uniquement motivé par l'argent est redoutée.

"(Quand Triaud nous écoutait) ce n'était pas que de la communication. Notre vision du club l'intéresse, parce qu'elle n'est pas la même que celle des salariés. Il sait que nous sommes des passionnés, qui n'avons rien à lui vendre ou à lui acheter. (...) Avec M6, nous avons une relation à échelle humaine. On n'a jamais eu l'impression de vendre notre âme au diable en discutant avec eux. A chaque fois que nous avons eu des choses à leur dire, on leur a dit franco.

(...) On n'acceptera pas un simple business plan. De même, on n'acceptera pas de vendre notre âme au diable en supportant un club racheté par un État à la politique contraire à nos idéaux, ou par un entrepreneur aux idées totalement contraires aux nôtres. (...) Tu peux avoir un modèle différent de celui d'un fond d'investissement, dans lequel finalement personne ne met son argent, sa passion et son énergie, mais où ils attendent un retour sur investissement sur 4 ou 5 ans. Ça, on n'en veut pas."

Article complet sur les Ultramarines et leur mentalité A LIRE ICI !

Alex (UB 87) : "On n'acceptera pas un simple business plan, ni de vendre notre âme au diable"

Contenu sponsorisé

En continu