W. Kita : "Bordeaux doit toucher la moitié du transfert et suit l’affaire"

W. Kita : "Bordeaux doit toucher la moitié du transfert et suit l’affaire"

Le - Anciens - Par

L'Équipe publie un article (avant la diffusion d'un reportage de 'La Chaîne L'Équipe', demain) concernant la relation conflictuelle qu'entretenait le regretté Emiliano Sala avec le président du FC Nantes, Waldemar Kita.

Avant de mourir tragiquement dans un accident d'avion, le 21 janvier dernier, alors qu'il avait été transféré du FCN à Cardiff et se rendait de l'autre côté de la Manche, l'ex attaquant argentin des Girondins en voulait beaucoup à Kita, d'après plusieurs témoins, et lui reprochait notamment de vouloir le vendre absolument à Cardiff pour les finances de son club. Joint par le quotidien sportif, Kita donne sa version des faits :

« Je suis déçu de certaines analyses venant de personnes qui ne me connaissent pas. Je comprends très bien la famille Sala, la maman, c’est tout à fait naturel de m'en vouloir. Je ne sais pas quelle réaction j’aurais eue. Mais il y a une chose que je peux lui dire, c’est que j’aimais ce garçon. Après, il faut chercher à comprendre davantage certaines choses. C’est trop facile de cracher dans la soupe.

(...) Je suis surpris par ce qu’il (Emiliano Sala) dit lui-même (dans le reportage) car on avait une très bonne relation jusqu’au moment où il a changé d’agent. J’ai vraiment l’impression que les paroles d’Emiliano Sala ne sont pas les siennes. Il était monté (contre moi) par des gens qui lui ont dit : ‘‘Il veut absolument te vendre, il veut gagner de l’argent sur toi’’, ce qui n’était pas le cas. La preuve, je ne veux même pas de cet argent et peut-être que je ne le toucherai jamais. Mais n’oubliez pas qu’il y a un club, Bordeaux, qui doit toucher la moitié du transfert* et qui suit l’affaire. (...) N’oubliez pas quelque chose : il était très content (de partir), il l’a dit à tout le monde quand il est revenu au club. Il faut arrêter de faire croire aux gens qu’on l’a forcé à partir. »

*en théorie, le FCGB a droit à 50% du montant de la plus-value sur la revente de Sala, vendu 1M€ au FC Nantes en 2015 et que les Jaune et Vert avaient cédé pour 17M€ à Cardiff. Mais, déjà, il faut que Cardiff et Nantes s'entendent - ou surtout que la FIFA tranche - sur la validité du transfert et sur qui doit combien à qui...

W. Kita : "Bordeaux doit toucher la moitié du transfert et suit l’affaire"

Contenu sponsorisé

En continu