P. Bernardoni : "Tout le monde, moi le premier, doit se remettre en cause"

P. Bernardoni : "Tout le monde, moi le premier, doit se remettre en cause"

Le - Prêts - Par

Transpercé six fois, mardi, lors de Bordeaux - Nîmes (6-0, J16 de Ligue 1), le jeune gardien Paul Bernardoni, prêté dans le Gard par... les Girondins (où il est sous contrat jusqu'en juin 2023), a du mal à s'en remettre.

Propos via ARL :

"Il y a de la déception, c’est comme ça. Maintenant, il faut se remettre en question, tout le monde, et puis on va avancer, mais si on fait des trucs comme ça, c’est sûr et certain qu’on n’avancera pas. Donc il va falloir qu’on se remette vraiment en question parce que sinon ça va être très, très dur. Déjà, pour commencer, sans parler de jeu, il n’y a pas eu de niaque. On a fait quelques erreurs techniques, oui, mais à un moment, quand tu n’y arrives pas, tu mets un peu de niaque, et c’est aussi ce qui nous représente. Mais là, on a l’impression qu’il n’y a rien eu. Donc tout le monde, et moi le premier, doit se remettre en cause.

Si on a été déconcentrés par l’interruption du match pour le problème avec les supporters ? Oh non, pas du tout ! Franchement. Ce sont de fausses excuses. On a continué à se chauffer, on s’est prévenu en se disant de faire attention. Les Bordelais ont raté leur premier quart d’heure, parce qu’on s’attendait à ce qu’ils viennent nous chercher et qu'ils se sont un peu loupés, mais après ils sont revenus forts dans les intentions... Sauf que ce n'et pas du tout à cause de l'arrêt du match. Mais derrière tu te fais punir et il se passe ce qu'il se passe. On est passé totalement au travers des consignes, car on avait décidé de faire un bloc bas et qu'au final on s’est retrouvé à être éparpillés un peu partout. Donc là, à un moment, je suis désolé, mais c’est nous les joueurs. Donc c'est de notre faute."

P. Bernardoni : "Tout le monde, moi le premier, doit se remettre en cause"

Contenu sponsorisé

En continu