Loris Benito : "Si on peut s'appuyer sur ce match (à Paris) ? Absolument"

Loris Benito : "Si on peut s'appuyer sur ce match (à Paris) ? Absolument"

Le - Réactions - Par

Le défenseur gauche des Girondins, Loris Benito, a lui aussi donné une réaction et livré une analyse, encore teintée de déception, après un Paris - Bordeaux (4-3, J26 de L1) dont le FCGB et son N°23 sortent quand même la tête haute. 

Les mots de l’international suisse :

"Ce n’est pas souvent que tu marques trois buts au Parc... C’était un super bon match à voir pour les gens, déjà. Mais je crois que pour les deux équipes c'était un match difficile à jouer. Eux, ils ont montré du jeu, comme on l’attendait, et de notre côté on a essayé de bien défendre. Après, c’est clair qu’ils ont des frappeurs, des coups de pied arrêtés très bien joués, donc ce n’est pas facile de jouer ici. Enfin... Nous, on essaye toujours de sortir des matches en ayant tout donné. Même dans ce match, je ressors avec beaucoup de choses que je peux prendre en enseignements. De toute façon, avec tous les bruits qu’il y a autour de nous, on se concentre toujours sur le match du weekend, on essaye de faire de notre mieux, et surtout là, dans un stade pas facile, contre le meilleur adversaire de la ligue. Mais je trouve qu'on a fait une bonne performance.

(...) Venir à Paris pour jouer, c'est dur. La base, c'est une bonne défense, car on ne peut pas venir et dire qu'on aura 90% de la possession de balle. Ils ont ds lignes serrées, des joueurs qui vont vite et passent toujours dans le dos, avec Cavani devant. Notre premier objectif était de contrôler ça, puis si on avait des contre-attaques il fallait bien les jouer. En première mi-temps, surtout, on l'a bien fait. Si on peut s'appuyer sur ce match ? Absolument. Je crois que c'était un de nos meilleurs matches à l'extérieur de la saison et j'espère vraiment que chacun apprend beaucoup de ce match, surtout en confiance.

Le poste où je me sens le mieux ? Central. J'ai grandi comme joueur en étant dans l'axe, à l'école de foot. Après, j'ai bougé comme latéral, à 17-18 ans, car l'équipe où je jouais avait besoin d'un latéral et alors ils m'ont mis là, comme j'étais gaucher. Mais je me sens plus à l'aise en défense centrale."

Retranscriptions d'ARL faites par nos soins

Loris Benito : "Si on peut s'appuyer sur ce match (à Paris) ? Absolument"

Contenu sponsorisé

En continu