La LFP étudie un "rachat des créances de transferts" pour aider les clubs

La LFP étudie un "rachat des créances de transferts" pour aider les clubs

Le - Économie - Par

D'après L'Équipe, "la Ligue de Football Professionnel étudie la piste du rachat des créances de transferts pour donner des liquidités aux clubs" et faciliter la gestion économique des clubs français de L1 et L2, rendue très compliquée en cette période de crise sanitaire du coronavirus ; qui a forcé le gouvernement à déclarer hier la fin de la saison 2019-20 de sport professionnel.

"À la Ligue on estime le manque à gagner pour les clubs d'ici la fin de cet exercice à environ 650 millions d'euros. (...) Le groupe de travail de la Ligue*, aidé par la société Sport Value, spécialisée en financement de clubs et qui a déjà travaillé avec la majeure partie des clubs français, travaille donc sur l'idée du rachat des créances de transferts. Cela consisterait à ce qu'un organisme financier (banques ou bien fonds d'investissement) rachète immédiatement les différentes créances sur les transferts franco-français, estimées à ce jour à 117 millions d'euros selon la Direction nationale de contrôle et de gestion (DNCG)." décrit ainsi L'Équipe.

*dont font partie Frédéric Longuépée et Thomas Jacquemier (président et directeur financier des Girondins de Bordeaux).

Pour sa part, RMC complète l'info en affirmant que : "Si cette opération est un succès, les clubs français pourraient, sur le même modèle, enclencher une deuxième étape avec cette fois les créances étrangères, qui s’élèvent elles à environ 350 millions d’euros".

Pour le FCGB, on pense notamment aux transferts d'Aurélien Tchouaméni à Monaco, de Jules Koundé au Séville FC et de Malcom au FC Barcelone ; dont les paiements sont étalés dans le temps et n'ont pas encore été totalement réglés.

La LFP étudie un "rachat des créances de transferts" pour aider les clubs

Contenu sponsorisé

En continu