L. Obraniak analyse le "marasme" girondin et prend le parti des supporters

L. Obraniak analyse le "marasme" girondin et prend le parti des supporters

Le - Anciens - Par

Désormais observateur médiatique (sur RMC), l'ancien milieu offensif de Metz, Lille et Bordeaux, Ludovic Obraniak, était sur radio VL, hier soir, dans l'émission '100% Ligue 1'.

Il a surtout réexpliqué ne pas être super à l'aise avec le foot moderne, loin - selon lui - de certaines valeurs qu'il aime, et a repris parti pour... les supporters bordelais, dans leur(s) profond(s) conflit(s) avec la direction du FCGB et surtout le président Frédéric Longuépée :

"La situation est assez paradoxale, car bizarrement ça n'impacte pas le sportif. Dans ce marasme ambiant, une chose a été bien faite : le choix de l'entraîneur, et ça je crois que c'est GACP qui l'a choisi. Après, oui, forcément, Bordeaux est un club qui doit être respecté, car c'est une grande institution. Mais là, on joue au Monopoly un peu, et j'en veux beaucoup à M6. Nicolas de Tavernost avait dit qu'il ne vendrait jamais le club à n'importe qui, dans n'importe quelles conditions, mais on voit le résultat quelques mois plus tard. Il y a eu deux entités au sein du même club, et ça paraissait logique que l’œil de Moscou de King Street, le président Longuépée, cristallise les tensions, car c'était GACP aux manettes... mais en ayant mis le moins de sous. Donc vous imaginez le bordel ? Après, si King Street veut vendre le club 160M€, comme entendu... Sauf si un pigeon est capable de les mettre ; je ne vois pas...Mettez un jingle pigeon (rire) !

Mais maintenant, je vais vous expliquer ce qui va se passer : King Street reprend le pouvoir et va vouloir récupérer ses billes, donc ils vont vendre trois - quatre joueurs au mercato d'hiver et il se peut que notre ami Paulo Sousa - qui à mon avis en a bien marre d'avaler des couleuvres - jette l'éponge. Le risque est là. Pourtant, de base, quand tu fais un tel travail sur tes joueurs et ton équipe ; qui est méconnaissable par rapport à ce qu'on a connu ces dernières années ; tu te dis que l'espoir revient, que ça progresse, et que si on rajoute des joueurs au groupe actuel ça peut... Après, le recrutement a été malin sportivement, mais il a mis le club dans un trou financier, ce qui a fait réagir King Street, qui n'avait pas prévu un tel trou. En fait, pour King Street, qui gère des milliards, les Girondins c'est rien, une goutte d'eau, sauf que je vous dis qu'ils vont essayer de rentabiliser leur investissement et donc de vendre des joueurs rapidement pour récupérer leurs billes et boucher le trou. Donc je crains que l'effectif soit déstabilisé par des ventes de joueurs et que Paulo Sousa parte. Le plus gros risque, c'est ça. 

(...) Mon avis sur Frédéric Longuépée ? Il cristallise énormément de tensions au sein du club. On parle des supporters, mais moi je connais très bien le château du Haillan, qui est très important, et il y a des gens travaillant là depuis 15-20 ans, voire plus... Mais il traite les gens comme des chiens. Il est vraiment en train de créer un problème en cristallisant une réelle tension, donc Messieurs de GACP ou surtout de King Street, il est temps de le faire partir, car ça ramènera le calme au club, qui en a besoin pour avancer, en respectant ceux qui travaillent dans le club. En tout cas, force à Florian Brunet et aux supporters, on est avec vous. On vous soutient et on n'hésitera pas à souligner les choses."

L. Obraniak analyse le "marasme" girondin et prend le parti des supporters

Contenu sponsorisé

En continu