K. Djaziri raconte l'histoire de son premier client comme agent : J-C Darcheville

K. Djaziri raconte l'histoire de son premier client comme agent : J-C Darcheville

Le - Interview - Par

Il est surtout connu du grand-public comme proche de Karim Benzema, la star offensive française du Real Madrid formée à Lyon, mais Karim Djaziri, dans un long entretien avec 'AS Foot' (nouvelle émission sur Twitch), se souvient que son premier client comme agent fut... Jean-Claude Darcheville, l'ex attaquant des Girondins de Bordeaux de 2002 à 2007.

Le récit de Karim Djaziri ; qui a aussi notamment parlé de Laurent Koscielny et d'Eduardo Macia ; sur 'Darche' :

"Je l'ai rencontré en 98. Il a eu une carrière cahin-caha, mais en lui donnant de la confiance et en lui demandant de régler plus sa vie et de plus travailler avant et après les entraînements il a atteint un très bon niveau. (...) Comment je suis devenu agent ? Au début, je ne suis pas agent mais scout pour une équipe anglaise, je fais un peu de business. Et en 98-99, alors que je dîne avec un entraîneur qui est aujourd'hui décédé - il a coaché Le Havre, Rennes, Caen ; paix à son âme ! - et qui s'appelle Guy David, lui qui m'a beaucoup aidé à mes débuts, il me demande pourquoi je ne fais pas agent. Guy avait beaucoup de similitudes avec Rolland Courbis, et je lui dis que, quand j'étais scout, je voyais comment ces mecs étaient des encu***... Ils ne pensent qu'à eux, à l'argent. Donc Guy m'a dit que je n'avais qu'à faire comme je voulais le faire, moi. Je lui ai répondu que, moi, si je devais être agent, ce serait pour m'occuper d'un joueur qui ne faisait pas la carrière qu'il mérite. Il m'a dit qu'il me connaissait et que je devais avoir un mec en tête, et c'est là que je lui parle de Jean-Claude Darcheville, que j'avais croisé à Nottingham.

Je trouvais qu'il allait très vite, qu'il était fin techniquement, mais qu'il manquait un peu de sérieux au niveau de son hygiène de vie. Et comme, par hasard, Guy David l'avait lancé à Rennes, en pro, il m'a dit qu'il l'appelait demain puis que Jean-Claude allait m’appeler. Dès le lendemain, effectivement, Jean-Claude Darcheville m'appelle pour me dire bonjour, que le coach lui avait parlé... Et voilà comment ça s'est passé. Sinon, à la base, je ne voulais pas être agent, au début. Mais j'ai eu Jean-Claude, et il a été le seul joueur dont je m'occupais pendant 2 ans, de Lorient jusqu'à son transfert à Bordeaux. Je n'ai eu que lui. On avait signé à Rennes, dans un cabinet d'avocats, et il me demandera, deux ans plus tard, alors qu'on rentrait chez lui à Lorient avec toute sa famille qui nous attendait car ils savaient qu'on allait signer à Bordeaux, si je souvenais de notre premier coup de téléphone ; si je m'en souvenais bien (sourire).

Je lui avais dit que s'il m'écoutait et faisait bien tout ce que je lui disais, en arrêtant de parler, il allait devenir un des meilleurs attaquants français. Et Jean-Claude me dit qu'après avoir raccroché, ce jour-là, il avait dit à sa femme qu'il venait de parler à un fou (rire) ! Il était en Ligue 2, remplaçant à Lorient, à l'époque... Et deux ans plus tard, il signait à Bordeaux, pour un très gros transfert. Ensuite, il a été aux Glasgow Rangers, où il a fait une finale d'Europa League. Puis il est revenu à Valenciennes, faire une pige, afin de les aider à se maintenir, avec Antoine Kombouaré."

Retranscriptions faites par nos soins

K. Djaziri raconte l'histoire de son premier client comme agent : J-C Darcheville

Contenu sponsorisé

En continu