J. Faubert : "Dès que tu signes au Real, tu vois qui gère le vestiaire"

J. Faubert : "Dès que tu signes au Real, tu vois qui gère le vestiaire"

Le - Anciens - Par

Discutant, dans un Facebook Live, avec l'équipe de l'émission '100% Ligue 1' (radio VL), l'ancien joueur de couloir des Girondins de Bordeaux, Julien Faubert, s'est donc remémoré son court passage de quelques mois dans l'effectif du... Real Madrid (2 matches, en 2009, prêté par West Ham) !

Déçu de voir ce qui arrive au FCGB, l'ex international A français (1 cape, 1 but) est plus enthousiaste pour raconter son expérience dans la 'maison blanche' :

"On te fait comprendre, dès que tu arrives, que tu signes, qui gère le vestiaire. Tu le vois. Quand tu signes, dans la pièce, il y a des maillots accrochés que l'on te montre. Des maillots de Raúl, Guti et Casillas… et basta. Raúl était une personne très influente, ce qui est normal car c’est un enfant de la maison, qui a grandi au Real. C’est quelqu’un étant à part. Il avait son kiné personnel, ses séances particulières, il chapeautait tout. Et tu ne descendais pas du bus avant Raúl. À l’entrainement, aussi, si on est court, on le laisse passer. On ne le tacle surtout pas, et jamais par derrière. Et tout le monde respectait ça, ces petites choses.

De qui j'étais proche ? Il y avait Lassana Diarra, comme il est aussi Français, puis les Néerlandais : Wesley Sneijder, Rafael van der Vaart, Royston Drenthe, Ruud van Nistelrooy et Klaas-Jan Huntelaar. Et Michel Salgado. Tous parlaient très bien anglais. Il y avait aussi Fabio Cannavaro. Lui, c’est une rencontre extraordinaire. J’avais certains a priori avec les joueurs italiens, pour les avoir côtoyés. Donc j’arrive et j’ai un joueur qui vient d’être Ballon d’or... Mais c'est un mec ultra gentil, ultra disponible. Sur son professionnalisme, il est top : il fait tout. Fabio était extraordinaire, un vrai leader. Car il a toujours eu ça en lui, c’est quelqu’un qu’on écoute énormément."

Retranscriptions faites par nos soins

J. Faubert : "Dès que tu signes au Real, tu vois qui gère le vestiaire"

Contenu sponsorisé

En continu