Hervé Penot et Dominique Séverac débattent de la fin ou non de "l'effet Gustavo Poyet"

Hervé Penot et Dominique Séverac débattent de la fin ou non de "l'effet Gustavo Poyet"

Le - Médias- Par Aymeric

Sur La Chaîne L’Équipe, dans 'L’Équipe du Soir', les journalistes Hervé Penot (L’Équipe) et Dominique Séverac (Le Parisien) n'ont pas été d'accord sur la question de savoir si 'l'effet Gustavo Poyet' était terminé ou pas, suite aux 3 derniers matches sans victoire des Girondins en Ligue 1.


DS : "Je m'attendais à voir la même chose que Sergio Conceição à Nantes la saison passée, peut-être en moins bien - ou  en mieux ! - ; mais je suis déçu. Les premiers matches étaient prometteurs, mais c'était contre des adversaires abordables, même Lyon. Et là, contre Marseille et Monaco, deux équipes importantes du championnat, il n'y a rien ! Pas de jeu, on ferme, pas d'intentions, pas d'idées, aucune tactique, si ce n'est celle de défendre son petit pré carré : c'est extrêmement décevant. Pourtant, avec 36 points, Bordeaux ne risque plus de descendre, donc ils pourraient jouer un peu plus... Ils ont encore 5 ou 6 points à prendre en 10 journées, c'est bon, donc en allant à Marseille et à Monaco qu'ils se lâchent un peu et jouent avec plus d'ambition !"


https://www.zupimages.net/up/18/06/nkrv.jpg

HP : "On ne peut pas dire que Poyet n'a pas de jeu, de tactique, d'idées ou n'y connait rien. Il n'est pas entraîneur pour rien ! Quand Bordeaux bat Lyon, l'OL venait de battre Paris et Monaco, donc on ne peut pas dire que c'était un adversaire faible. Ensuite, il faut simplement voir que Poyet a trouvé un effectif K.O psychologiquement, en grande difficulté, sorti en Coupe de France par une National 2... Il hérite d'un groupe très faible, et sans Malcom en plus lors des deux derniers matches. Alors il essaye de faire les choses tant bien que mal, ce n'est pas si évident de remettre des choses en place, sinon ce serait très facile de coacher. Il est dans le dur, mais ne faisons pas croire qu'il n'y connait rien au foot... Il est aussi dans une logique de groupe, qu'il doit faire progresser. Il faut voir le groupe qu'il a. Au milieu, tu as vu ce qu'il a ?! Plasil c'est le grand-père de Toutânkhamon, Lerager il a les deux pieds attachés, et Vada c'est une pastille... Après, le coach doit faire avec... Mais si Poyet est un si mauvais entraîneur que ce que tu dis, Dominique, et bien les 5 ou 6 points que Bordeaux doit prendre pour se maintenir ils ne les prendront même pas !"


En continu