F. Brunet : "Beaucoup de Marseillais ou de Nantais nous disent de ne pas lâcher"

F. Brunet : "Beaucoup de Marseillais ou de Nantais nous disent de ne pas lâcher"

Le - Interview GA - Par

Pendant plus de 2 heures, vendredi (lire toutes les différentes retranscriptions thématiques de ses propos ICI et écouter l'entretien complet VIA CE LIEN), Florian Brunet, porte-parole des Ultramarines Bordeaux 87, a répondu à nos camarades de l'émission radio 'Girondins Analyse' (RIG).

En marge de ses explications sur l'action des supporters et la crise très profonde au FCGB, Florian Brunet a aussi révélé recevoir des soutiens... inattendus

"Ce qu'il se passe dans notre club, c'est un sketch, un drame. (...) On était plus que 15 ou 20 samedi dernier pour le rassemblement 'Nous Les Girondins', mais ça les dirigeants s'en foutent... Après, vous savez, je reçois plein de messages des supporters marseillais... Ce qui est assez 'amusant', c'est que toute la France des tribunes elle souffre à travers nous, même nos ennemis. On reçoit beaucoup de messages de Marseillais ou de Nantais qui nous disent de ne pas lâcher. Il y a de grosses similitudes entre nos trois clubs en ce moment, Marseille, Nantes, et Bordeaux, dans les états de nos clubs et dans les relations avec la direction. Mais Bordeaux, à Marseille, c'est... (il imite l'accent du Sud Est) 'C'est pas Paris l'ennemi, c'est Bordeaux et Toulon, mais Bordeaux avant tout !'. Et là je cite les leaders du groupe des South Winners."

Retranscriptions faites par nos soins

F. Brunet : "Beaucoup de Marseillais ou de Nantais nous disent de ne pas lâcher"

Contenu sponsorisé

En continu