Éric Bedouet déplore le huis clos pour OM - FCGB et compare les situations

Éric Bedouet déplore le huis clos pour OM - FCGB et compare les situations

Le - Avant-match - Par

En face des journalistes, l'entraîneur adjoint et préparateur physique des Girondins de Bordeaux, Éric Bedouet, a donné sa conférence de presse d'avant Marseille - Bordeaux (mardi soir, duel en retard de la 18ème journée de Ligue 1). Une affiche historique entre deux grands clubs français, mais actuellement un match du ventre mou entre deux équipes malades (10 et 12ème du championnat) et dans un stade Vélodrome qui sera... à huis clos. Cette situation fait réagir Bedouet, qui déplore l'absence de public, puis est invité à comparer les mauvaises passes de l'OM et du FCGB, insistant encore et encore sur ses attentes concernant son équipe :

"Le stade vide ? Oui, c'est vraiment bizarre, je ne me rappelle pas d'avoir connu ça. On va découvrir ça... Et je pense que c'est dommage, car le football n'est pas fait pour se jouer devant des tribunes vides. Mais bon, il faut s'adapter. On verra... Si le public avait poussé derrière eux, c'est un avantage pour eux de l'avoir, mais s'il gronde contre l'équipe comme il l'a fait ces derniers temps ça aurait pu les gêner. Mais maintenant, de toute façon, on sait que le stade sera vide et que le match ne se déroulera que sur le terrain, avec deux équipes qui essaieront de faire le maximum. Enfin, ce n'est agréable ni pour eux, ni pour nous, mais eux ça leur donnera un peu de calme et ça peut peut-être les favoriser. Mais on ne fait pas ce métier-là pour ne pas avoir de public. Même quand ça ne va pas, on aime aussi avoir son public qui encourage, qui pousse, qui réagit. On a tous besoin de ça, c'est important pour un sportif.

Après, que Marseille rencontre des difficultés en ce moment, c’est une chose, mais nous il faut que l’on s’occupe surtout de nous, d’abord. Les autres ce n'est pas trop notre problème. Il faut déjà que nous on soit bien concentré, qu'on fasse bien les choses. Si nos situations se ressemblent ? Pas tout à fait, car on n'a pas le même type de joueurs, donc pas du tout la même philosophie, ni le même budget, non plus... Et tout ça c'est important. De loin, ça peut ressembler, mais dans la création de l'équipe à la base, non. Marseille a vraiment une équipe pour jouer le très haut niveau, essayer d'aller en Champions League, en ayant mis beaucoup d'argent, ce qui n'est pas facile. Leur groupe, il est bâti pour être en Champions League, avec des joueurs de qualité, mais qui ne sont peut-être pas bien en ce moment... Mais quand ils veulent accélérer, ils peuvent faire la différence, pas de soucis. Donc c'est peut-être dans les têtes, car Marseille c'est compliqué. Et du coup, sans la pression du public, ça peut être un avantage pour eux.

Nous, on est surtout dans la recherche afin de ne plus avoir de sautes de concentration, d'erreurs de placements, de manque d'envie, et pour être plus impliqués dans tout ce qu'on fait. Les joueurs ont ça, je pense, pas de soucis, mais par moment ça s'échappe et des petites choses font que ça peut vite dérailler, il suffit de ne pas bien faire un geste... Et des fois les incidences sont graves, quand on ne s'arrache pas assez. Ce que je souhaite, ce n'est même pas une question de perdre ou gagner, c'est qu'on donne le maximum sur le terrain, qu'on se dépouille. Je trouve que, quand on est professionnels, c'est la moindre des choses ; mais ce n'est pas toujours compris dans ce sens-là, alors qu'il faudrait mettre de l'intensité, terminer les matches complètements cuits, en n'ayant rien lâché et en n'ayant pas de regrets si on perd. Car ça arrive... Contre Strasbourg, même si tout n'est pas à jeter dans ce qu'on a fait là-bas bien qu'on ne se soit pas qualifié en finale de Coupe de la Ligue - ça, c'est indiscutable -, on a bien vu ce que c'était de jouer contre une équipe qui donnait tout et combattait.

Alors, vu nos soucis, on n’est pas là pour leur donner des conseils, pas à une équipe comme Marseille, construite pour être plus haut, car on est mal placé pour ça. Mais il faudra aller là-bas avec l'envie de bien jouer, en combattant, ne rien lâcher, donner le maximum et se battre pour ramener le meilleur résultat possible, alors que normalement on n'est pas dans la même catégorie, Marseille est une plus grosse équipe. Alors, arrivera ce qui arrivera, mais donnons déjà une bonne image de nous en étant à 200%. C'est très important !"

Éric Bedouet déplore le huis clos pour OM - FCGB et compare les situations

Contenu sponsorisé

En continu