Didier Quillot (LFP) : "Travailler ensemble pour résoudre les difficultés"

Didier Quillot (LFP) : "Travailler ensemble pour résoudre les difficultés"

Le - Économie - Par

Comme Noël Le Graët, président de la Fédération Française de Football, le dirigeant de la Ligue de Football Professionnel, Didier Quillot, a expliqué sur RMC et BFM TV ne pas croire que les (gros) soucis économiques des clubs de foot professionnel français pouvaient conduire à des faillites et des dépôts de bilan ; même avec la crise du Covid-19 pour gonfler le tout... et le fait que la France soit pour l'instant le seul pays majeur du foot européen dont le gouvernement a mis fin au sport professionnel pour la saison 2019-20.

"Je ne crois pas qu’il y ait des risques de dépôt de bilan. Maintenant, c’est une situation évolutive... La DNCG a travaillé et a étudié depuis deux mois, avec les clubs, les prévisions de trésorerie. Là, il faut qu’on trouve des solutions pour le contrat de diffusion de Canal+, qui est interrompu avec la fin de la saison, mais aussi des solutions pour aider les clubs au niveau des recettes de billetterie, qui ne vont pas être là jusqu’en août, ou bien encore du sponsoring, vu les départs de certains annonceurs. Donc, je ne vais certainement pas vous dire que tout va bien, mais restons mesurés : je ne vois pas non plus de risques de faillite ni de dépôt de bilan. Il y a des difficultés, mais il faut surtout travailler, tous ensemble, pour les résoudre.

(...) En Allemagne, la Bundesliga a fait reprendre l'entraînement depuis quelques jours, mais la décision de redémarrer la compétition n'est pas encore prise. En Italie, les entraînements ne reprendront pas avant le 18 mai et la décision de reprendre est également incertaine. En Angleterre, pareil. Cela serait certainement une difficulté pour les clubs si la France était la seule à avoir pris cette décision de stopper sa saison et de la finir à cause du coronavirus. Mais je me garderais bien de toute projection, car ça appartient à chaque gouvernement de décider. Pour l'instant, moi, ce que je vois surtout c'est qu'aucune des cinq grandes nations européennes n'a autorisé la reprise de la compétition."

Didier Quillot (LFP) : "Travailler ensemble pour résoudre les difficultés"

Contenu sponsorisé

En continu