Bixente Lizarazu : "Être capable de manager les cerveaux, c'est hyper important"

Bixente Lizarazu : "Être capable de manager les cerveaux, c'est hyper important"

Le - Anciens - Par

Questionné par 'AS Foot' (la nouvelle émission foot, sur Twitch), notre ancienne gloire des Girondins, Bixente Lizarazu, compare les équipes de France championnes du monde 98 (avec lui dedans) et 2018. Bixente salue au passage les travaux de deux autres anciens bordelais, Didier Deschamps et Aimé Jacquet, qui ont appliqué des recettes en partie communes, afin de devenir des sélectionneurs champions du mond :

"Didier (Deschamps) a très bien su faire, comparativement à Aimé (Jacquet) qui avait moins de jeunes qu'en 2018, pour que tous les jeunes de sa sélection restent attentifs ; parce que c'est ça le plus difficile. Souvent, les jeunes ont tendance à se disperser, ils peuvent s'enflammer et tout ça, mais lui a réussi, malgré la jeunesse de son groupe, à ce qu'ils aillent au bout en étant gardés bien concentrés. Et ça, c'est hyper dur de le garder sur toute la compétition, car si tu fais la moindre connerie, même une seconde d'inattention, et ça peut coûter un but... Le but est donc de faire le moins d'erreurs possibles. Après, oui, les ingrédients... Mais ce sont les mêmes pour toutes les équipes. On n'en parle jamais assez, car on parle du jeu de l'équipe de France qui n'est pas génial, mais moi je dis toujours qu'être capable de manager les cerveaux c'est hyper important. Il faut faire en sorte que tous les mecs soient motivés, aient envie de jouer ensemble, s'entraident. Et quand tu arrives à faire ça, pour moi, cette entraide-là, c'est l'essentiel ; vachement plus important que la tactique. Aider ton partenaire, qui lui-même va t'aider, c'est le plus important."

Retranscriptions faites par nos soins

Bixente Lizarazu : "Être capable de manager les cerveaux, c'est hyper important"

Contenu sponsorisé

En continu