Benoît Costil : "Le coach a estimé qu'il fallait revenir à du basique"

Benoît Costil : "Le coach a estimé qu'il fallait revenir à du basique"

Le - Avant-match - Par

Ne sachant pas si Bordeaux va continuer de jouer à 4 défenseurs ou revenir en 3-4-3, Benoît Costil, le gardien et capitaine des Girondins, admet ; avant un délicat FCGB - Marseille (demain, J22 de Ligue 1) ; que le succès à Nantes la semaine dernière (0-1, J21) a été obtenu avec un retour tactique à des choses 'basiques', ayant aussi leurs avantages, sans révolutionner les principes de jeu:

"On ne s'occupe pas de Marseille, car chacun a ses priorités, donc je n'ai pas à en parler car ce n'est pas mon club (sourire). Nous, pour rebondir vraiment, il faut enclencher une série, poursuivre le travail. Donc pour nous, peu importe que ce soit Marseille ou une autre équipe, on veut avancer à nouveau, mettre derrière nous la mauvaise série, pour avoir des ambitions mesurées mais intéressantes et faire une bonne deuxième partie de saison. (...) C’est vrai que le système précédent est plus complexe que celui qu'on a utilisé à Nantes, mais quand il est bien huilé, bien rodé et appliqué à la perfection, ce 3-4-3 met vraiment l’adversaire en difficulté. Pour en avoir parlé, des fois, avec des adversaires après les matches, ils me disaient : ‘Put***, vous nous avez sacrément fait chier avec vos systèmes, parce qu’on ne sait pas trop où se placer’. Donc la défense à trois, ça embête vraiment l’adversaire.

Maintenant, il y a des rôles dans ce système qui sont prépondérants, hyper importants, et moi j’aime beaucoup ce système. Maintenant, le boss, c’est le coach, et il a estimé à un moment donné qu’il fallait peut-être revenir à quelque chose de plus basique, peut-être pour retrouver une certaine confiance, avec un système dans lequel tout le monde a déjà évolué. Après, lors du match 'aller' à Marseille, ce n’est pas le système qui a fait perdre le match. Tout ce qui s’était passé, on était au courant avant le match, on l’avait travaillé, mais il y a eu des erreurs individuelles... Alors on s'est réuni et on a essayé de tirer les leçons de ce qui s’est passé, car on n‘est pas plus bêtes que les autres. Mais on a quand même des principes, une certaine philosophie, et on doit s’y tenir, faire preuve de courage, oser. Tous ceux qui osent, qui ont des convictions, à un moment donné ils sont récompensés. Nous, on croit en ce qu’on fait, on croit au travail au quotidien de notre staff, à ce qu’on fait de bien tous les jours. Alors que ce soit dans un 4-4-2 ou dans un autre système, on fait tout pour être récompensés."

Retranscription d'ARL faite par nos soins

Benoît Costil : "Le coach a estimé qu'il fallait revenir à du basique"

Contenu sponsorisé

En continu