X. Domergue : "J'ai la chance de pouvoir voir, dans mon boulot, des gens avec et contre qui j'ai joué"

X. Domergue : "J'ai la chance de pouvoir voir, dans mon boulot, des gens avec et contre qui j'ai joué"

Le - Interview - Par

Invité, hier, de Girondins Analyse, Xavier Domergue, journaliste et commentateur pour BeIN Sports, est revenu sur ses débuts comme footballeur et sa formation au Stade Bordelais, révélant notamment qu'il aurait pu rejoindre les Girondins, mais que la rivalité entre les deux clubs l'en a empêché. Il a aussi failli rejoindre Libourne quand Jean-Marc Furlan en était le coach.

"Libourne, à l'époque c'était du National et ça montait en Ligue 2 à la fin de la saison. Mais en fait, depuis que j'ai commencé le foot en club, au Stade Bordelais, assez jeune, j'ai joué en 15 et en 17 ans nationaux et suivi un parcours assez classique, jusqu'à la CFA pendant plusieurs saisons. Le tout en alliant, bien sûr, les études. J'ai aussi eu des propositions, quand j'avais 14, 15, 16 ans, pour rejoindre le centre de formation des Girondins, chose qu'à l'époque je refusais catégoriquement car il y avait quand même une rivalité certaine, assez forte, entre le Stade Bordelais et les Girondins. Nous, du côté du Stade, on n'aimait pas trop l'image que pouvaient dégager et véhiculer les Girondins et il y avait, à l'époque, une concurrence sur la région. Ce n'était pas Libourne/Bordeaux, comme c'est devenu après, mais le Stade Bordelais et les Girondins étaient vraiment en grosse concurrence, donc j'ai refusé.

http://www.zupimages.net/up/16/48/iplv.jpg
Ensuite, j'ai eu, un peu plus tard, l'opportunité de Libourne, quand j'étais en plein dans mes études, tout en continuant à jouer au foot à un niveau intéressant. Jean-Marc m'avait sollicité, notamment à travers les parcours du club en Coupe de France, mais j'avais à l'époque le projet de partir à Paris pour un stage de fin d'études chez Eurosport donc j'ai choisi autre chose. Mais j'ai toujours été dans le foot, c'est ma passion, quelque chose d'important pour moi et j'ai la chance, aujourd'hui, de pouvoir voir au quotidien, dans mon boulot, des gens avec et contre qui j'ai joué.

(...) Oui, peut-être que le fait d'avoir eu ce parcours dans le foot m'aide dans mes commentaires. Je pense que les gens doivent le ressentir, sans doute, dans les termes que je peux employer à certains moments, en étant peut-être un peu plus précis. Après, ce qui aide, c'est d'être avec des gens qu'on connait, avec qui on sympathise, dans les différents clubs, et donc on a des discussions qui sont un peu plus... naturelles avec certains joueurs et entraîneurs. Mine de rien, ils sont assez vigilants par rapport aux matches, aux commentaires. On sait que les coaches regardent les matches 3, 4 ou 5 fois avant de se coucher, même dans la semaine qui suit... Donc il y a une relation assez naturelle, une proximité assez nette avec certains joueurs qui ressentent, à travers les commentaires qu'on fait, qu'on a un petit vécu et qu'on a joué.

(...) Des noms ? Mathieu Valbuena par exemple. Il m'a beaucoup traumatisé quand je jouais contre lui, vu qu'en plus j'avais le malheur de jouer milieu défensif (rires)... Lui était meneur de jeu, donc je l'avais directement dans ma zone. C'était dur. J'ai aussi joué contre Marouane Chamakh, Hervé Bugnet, Pascal Feindouno également, un petit peu. Des joueurs de la région, forcément, car j'ai grandi ici et j'ai pas mal côtoyé ces joueurs-là."

X. Domergue : "J'ai la chance de pouvoir voir, dans mon boulot, des gens avec et contre qui j'ai joué"

Contenu sponsorisé

En continu