S. Ziani : "J'ai adoré Jean-Louis triaud ; il était franc, aimait le club"

S. Ziani : "J'ai adoré Jean-Louis triaud ; il était franc, aimait le club"

Le - Anciens - Par

Se souvenant de Pedro Miguel Pauleta, qu'il a connu comme équipier à La Corogne et comme... adversaire quand le Portugais jouait au FCGB, l'ancien milieu de terrain de Bordeaux et de Nantes, Stéphane Ziani (actuel coach des U19 du FCN), répond aux questions de LeeroSportNews.

Il se rappelle notamment de quelques anecdotes sur ses deux passages aux Girondins : 

"Pour mon retour, je pars de la Corogne où je fais partie du deal avec Jérôme Bonnissel. D’ailleurs, l’entraîneur Irureta n’était même pas au courant. Mon choix, je l’avais discuté avec le sélectionneur, Roger Lemerre, qui m’avait fait comprendre que je serais plus visible en France qu’en Espagne. J’avais adoré mon premier passage à Bordeaux, où j’avais tous mes potes et puis j’aime beaucoup ce club, donc ça s’est fait naturellement. (...) J’avais de bonnes relations avec Jean-Louis Triaud et Charles Camporro. Puis le fait d’avoir été avec Johan Micoud, Michel Pavon et tous les gars, ça a facilité l’acclimatation.

(...) En 1997, avec les Girondins, je pense que nous aurions pu être champions de France. (...) Il y a des présidents qu’on a adorés. J’ai adoré Gervais Martel (Lens) et Jean-Louis triaud. Il était franc, il aimait le club. C’était clair et carré. Il était soucieux de l’état d’esprit au club. Pour moi, ça a été une grosse perte pour les Girondins quand il est parti. (...) De l’extérieur, c’est tellement un beau club les Girondins. (...) Je pense que les nouveaux acquéreurs, et je ne parle pas que des Girondins mais en général, doivent réussir à trouver un équilibre entre l’histoire et leurs ambitions."

S. Ziani : "J'ai adoré Jean-Louis triaud ; il était franc, aimait le club"

Contenu sponsorisé

En continu