P. Fargeon : "L'histoire du 'contrat' sur Tigana en 88, je n’y crois pas"

P. Fargeon : "L'histoire du 'contrat' sur Tigana en 88, je n’y crois pas"

Le - Anciens - Par

So Foot a consacré un article "rétro" à une vieille histoire de la grande histoire de nos chers Girondins de Bordeaux, surtout dans les années 80 : celle du "contrat" d'Hans Gillhaus sur Jean Tigana lors du quart de finale de la Coupe des Clubs Champions 1988 entre le PSV Eindhoven et les Marine et Blanc. Vainqueur de la C1 cette année-là, et ayant éliminé les Girondins dans la douleur (1-1 en France et 0-0 au retour), les Néerlandais avaient visiblement prévu de "casser" Tigana, bien identifié comme le joueur-clé bordelais. Mais So Foot se demande s'il ne s'agit finalement pas... d'une légende urbaine.

Des témoignages de Jean-Marc Ferreri et Philippe Fargeon, deux joueurs offensifs bordelais à ce moment, sont proposés :

Fargeon : "Évidemment qu’aujourd’hui Gillhaus aurait pris un rouge direct ! Mais à l’époque l’arbitrage était très laxiste, et les attaquants étaient donc beaucoup moins protégés. Au retour, à Eindhoven, j’avais un peu accroché leur capitaine, Eric Gerets, et il m’avait dit : 'OK, petit. Tu m’as raté, mais moi j’te raterai pas...'. (...) Aimé Jacquet a dû demander à Tigana s’il pouvait être en état de jouer. Avec les soins, il a donc pensé que ça aurait été. Aimé mettait toujours les joueurs face à leurs responsabilités et Jeannot était un sacré compétiteur ! Et sur cette histoire de contrat ? Je n’y crois pas..."

Ferreri : "Un contrat ? Non, je ne pense pas. Gillhaus mettait la semelle, oui, c’est sûr. Mais, bon, Gillhaus était un attaquant et les attaquants ils défendent mal. Quant à la décision d’Aimé Jacquet de laisser jouer Jean Tigana, et bien c’était notre leader, notre capitaine... Il n’a peut-être pas osé le sortir..."

P. Fargeon : "L'histoire du 'contrat' sur Tigana en 88, je n’y crois pas"

Contenu sponsorisé

En continu