Nicolas Jamain : "Pour Bordeaux, 100M€, c'était peut-être avant la crise"

Nicolas Jamain : "Pour Bordeaux, 100M€, c'était peut-être avant la crise"

Le - Interview GA - Par

Via nos amis et partenaires de l'émission 'Girondins Analyse', le journaliste - bordelais - Nicolas Jamain (RMC) donne son opinion sur les difficultés que va avoir King Street à revendre le club bordelais ou celles qu'aura un repreneur potentiel à les convaincre, dans un marché général rendu plus faible par la crise du Covid-19 :

Le podcast de cette interview est à écouter ICI,
mais il est également dispo sur nos espaces Soundcloud, Deezer et Spotify.

"100M€ (prix auquel M6 avait vendu le FCGB fin 2018 ; NDLR), ça parait cher en tout cas, oui. Effectivement. Après, il y a des groupes qui sont moins impactés que d'autres par la crise actuelle du coronavirus, comme le groupe Ineos par exemple, qui détient désormais Nice. Ils vont même en profiter, car justement c'est un groupe tellement énorme qu'ils devraient réussir à s'engouffrer dans la brèche et à, au contraire, en tirer profit. Pour Bordeaux, la valeur de 100M€, c'était peut-être avant la crise, mais depuis trois mois et dans les prochaines semaines on ne sait pas ce qui a changé et ce qui va changer. C'est le flou pour les droits télés, car Canal et BeIN n'ont pas payé leurs dernières tranches, qu'on ne sait pas si Mediapro va honorer son engagement... Donc, même chez les joueurs, peut-être qu'un élément à 40-50M€ il en vaut 15-20 maintenant. Rien n'est plus pareil et aujourd'hui on peut dire que tout est remis en cause. La valeur marchande des joueurs a chuté, celle des clubs également, et celle des Girondins aussi... L'envie du club de vendre pour 50M€ de joueurs cet été afin de combler le déficit ? Ce n'est pas possible... 50M€... La plus grosse valeur marchande de cette équipe, aujourd'hui, qui est-ce ? Rémi Oudin, par exemple, il est venu pour 9-10M€ il y a 6 mois, mais aujourd'hui, avec la crise du Covid-19, il en vaut 5 ou 6."

Retranscriptions faites par nos soins

Nicolas Jamain : "Pour Bordeaux, 100M€, c'était peut-être avant la crise"

Contenu sponsorisé

En continu