Le président nantais, Waldemar Kita, fixe le prix d'Emiliano Sala, sur qui Bordeaux a 50% à la revente

Le président nantais, Waldemar Kita, fixe le prix d'Emiliano Sala, sur qui Bordeaux a 50% à la revente

Le - Mercato - Par

Vendu par Bordeaux en 2015 - pour "seulement" 1M€ - au FC Nantes, l'attaquant argentin Emiliano Sala (28 ans, sous contrat jusqu'en juin 2020) avait marqué 36 buts et donné une dizaine de passes décisives lors de ses trois premières saisons en Jaune et Vert. Mais en ce début d'exercice 2018-19 l'ex espoir du Proyecto Crecer, la filiale du FCGB en Amérique du Sud, part encore plus fort puisque il en est déjà à 12 buts dont 11 en 12 matchs de Ligue 1, lui qui est l'actuel co-meilleur buteur du championnat de France après 13 journées.

Ayant donc le vent en poupe, voire plus, Sala est courtisé, comme il l'avait déjà été cet été (notamment par... Bordeaux). De nombreux clubs anglais reviendraient à la charge pour cet hiver, mais le président du FC Nantes, Waldemar Kita, est très gourmand. En effet RMC (relayant le Daily Mail) rapporte que la coquette somme de 30 millions d'euros (?!) est demandée pour que les Canaris laissent partir leur numéro 9.

Pourquoi une telle somme pour un joueur qui n'a plus que 18 mois de contrat et pas/plus forcément envie de rempiler ? Et bien parce que Bordeaux avait inclus une clause lors de la vente de son ancien espoir, sur qui le FCGB prendra 50% du montant de la revente. L'avenir pourrait donc donner raison à ce choix et faire oublier le 'petit' million d'euros récolté il y a 3 ans, qui deviendrait beaucoup plus si un club offre à Nantes une somme proche de celle voulue par Kita. Alors, est-ce que Everton, Wolverhampton, Fulham, Crystal Palace et West Ham (les clubs présentés comme intéressés) oseront dépenser autant pour Emi ? 

Le président nantais, Waldemar Kita, fixe le prix d'Emiliano Sala, sur qui Bordeaux a 50% à la revente

En continu